Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : 75e anniversaire du Débarquement

Hommages, célébrations, dépôt de gerbes : le marathon souvent épuisant des vétérans de la Seconde guerre mondiale

-
Par , France Bleu Mayenne, France Bleu

Depuis près de quinze jours des vétérans américains, actuellement en Mayenne, enchaînent les célébrations autour du 75e anniversaire du Débarquement. Une séquence pleine d'émotions, intensive, médiatique, qu'il faut savoir gérer pour ces héros âgés de plus de 90 ans.

De la joie pour les vétérans américains mais aussi beaucoup de fatigue après quinze jours de cérémonies
De la joie pour les vétérans américains mais aussi beaucoup de fatigue après quinze jours de cérémonies © Radio France - Martin Cotta

La Bazouge-des-Alleux, France

Ils ont parcouru près de 400 kilomètres en l'espace de quinze jours, bien loin du calme de leurs pavillons aux États-Unis. Depuis le début du mois de juin, Eugene Kleindl et Tom Ingram, deux anciens soldats de la 90e division d'infanterie, participent tous les jours à des cérémonies. D'abord en Normandie, à Utah Beach, une des plages du Débarquement, puis en Mayenne depuis lundi. Une période remplie d'émotions eux qui ont connu le sang, le bruit des balles et la vue des cadavres à différents endroits pendant la Campagne de France. Une période très fatigante aussi pour ces héros âgés respectivement de 96 et 93 ans. 

"Ce sont un peu les équivalents des rockstars"

Des dizaines de cérémonies

Ce mercredi, Eugène Kleindl et Tom Ingram, continuaient leur parcours mémoriel en Mayenne. D'abord à La Bazouge-des-Alleux au nord de Laval, où un hommage était rendu à trois soldats américains tués lors de la libération de la commune le 6 août 1944, dont Harry Wright un jeune américain du Kansas mort dans un guet-apens tendu par les militaires nazis sur la route de Montsûrs. Après le dépôt de deux gerbes, Américains et Français ont entonné tour à tour leurs hymnes respectifs. 

Un scénario assez "classique" pour des cérémonies qui s'enchaînent. Mais c'est une joie pour Eugène Kleindl malgré la fatigue bien présente. "On a rencontré beaucoup de monde, beaucoup d'enfants. Il y a eu de nombreux baisers sur les joues, et parfois même sur la bouche (rires)" plaisante l'ancien infirmier. "J'ai passé du bon temps en France ces derniers temps. On ne se rendait pas compte à quel point les Français aiment les Américains. Je vais tenter d'expliquer ça dans mon pays mais je ne suis pas sûr d'être compris" termine Eugene Kleindl.

La sieste obligatoire 

Pour ménager ces hommes, les membres de l'association Mayenne-WW2 dont Éric Chalmeton appartient, essaient au maximum de prévoir des temps de repos entre les célébrations. "Ce sont un peu les équivalents des rockstars. Il y a beaucoup de photos à faire, beaucoup d'autographes à signer. Donc c'est à nous de mettre le holà, d'aménager des temps de sieste et se reposer le matin" explique t-il. David Ingram accompagne son papa, héros de la guerre lui aussi. Cela fait quinze jours qu'il le photographie. Et l'émotion fatigue. "Un peu oui, il y a eu énormément de cérémonies. Dans la journée mon père fait la sieste. En plus dans les prochains jours nous partons pour la Belgique et le Luxembourg" annonce le fils. Dans quelques heures, ces rescapés quitteront la Mayenne, le temps d'écouter encore les hymnes des deux pays à jamais dans leur cœur. 

Les rencontres avec la population et les cérémonies s'enchaînent pour des vétérans parfois fatigués  - Radio France
Les rencontres avec la population et les cérémonies s'enchaînent pour des vétérans parfois fatigués © Radio France - Martin Cotta