Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Homophobie dans le football : La Ligue de Bretagne sur la même ligne que Noël Le Graët

-
Par , France Bleu Breizh Izel, France Bleu Armorique

Jean-Claude Hillion, président de la Ligue de Bretagne soutient Noël Le Graët : Permettre d'interrompre les matchs de football à cause de chants homophobes pourrait conduire à une surenchère.

Banderoles dans un stade de football
Banderoles dans un stade de football © Maxppp - OTTONELLO - MEIFFRET

Région Bretagne, France

La polémique enfle chaque jour un peu plus :  Et Noël Le Graët, le Guingampais, président de la Fédération française de football persiste et signe. Il va demander aux arbitres (qui dépendent de lui) d'arrêter de stopper les matchs en cas de chants homophobes (mais pas en cas d'insultes racistes).  Mardi, il a été recadré par la ministre des sports. Des associations de lutte contre l'homophobie demandent son départ. 

"Ce qu'il ne veut pas c'est arrêter les matchs et je pense qu'il a raison là-dessus", tranche Jean-Claude Hillion, président de la Ligue de Bretagne de football. "Sinon c'est la surenchère qui risque d'arriver.  Aujourd'hui on est dans ce petit jeu où les supporters défient la LFP et ce n'est pas solution."

"Arrêter les matchs, ce n'est pas la solution"

Mais pourquoi distinguer racisme et homophobie : "Une insulte raciste, on vise un joueur particulièrement, c'est très clair et on ne peut pas laisser faire. Alors que l'homophobie, ce ne sont pas des joueurs qui sont visés directement. Même si ce n'est pas tolérable. Et il y a des réunions prévus avec des associations de supporters. Mais arrêter les matchs, je pense que ce n'est pas la solution. On l'a vu lors du match Lorient-Guingamp, ça a duré 30 secondes et les autres supporters ont réagi en sifflant ces banderoles."

Le monde du foot cherche donc des solutions : "Je ne sais pas... Il faudrait que les clubs prennent contact avec leur club de supporteurs. Et je ne comprends pas qu'on puisse faire entrer des banderoles de ce type dans les stades avec les fouilles. Pour les chants, c'est un problème d'éducation. Aujourd'hui, la violence qui est partout est aussi dans les stades de foot. Il faut aussi associer un peu plus les dirigeants de club de supporteurs pour leur dire que ce n'est pas très intelligent. En plus, ils pénalisent leurs équipes."

Choix de la station

France Bleu