Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Hôpitaux du Léman : "on nous déshabille !"

jeudi 7 août 2014 à 11:18 Par Jules Brelaz, France Bleu Pays de Savoie

A Thonon-les-Bains (Haute-Savoie), les docteurs Pierre Berger et Michel Poret refusent que leur établissement devienne un hôpital de seconde zone. Ils ont officialisé leur démission de la présidence et de la vice-présidence de la commission médicale d'établissement des Hôpitaux du Léman.

Couloir d'hôpital (image d'illustration).
Couloir d'hôpital (image d'illustration). © Maxppp

Un scanner au privé plutôt qu'au public

Le docteur Pierre Berger explique ne plus cautionner les choix de l'Agence régionale de santé. L'ARS a récemment attribué un scanner à un centre médical privé, alors que l'appareil était promis à l'hôpital public.

"Qu'on arrête les mensonges"

Le Docteur Pierre Berger, ancien président de la CME.****

Hôpitaux du Léman son 1

"Nous sommes dans un bassin contraint géographiquement, peu accessible au niveau des routes, je ne peux pas accepter cette donnée" raconte le médecin à France Bleu Pays de Savoie. Le docteur Pierre Berger, également responsable du pôle de gériatrie, réclame des garanties sur le maintien de "la réanimation, la psychiatrie, et des mises au normes techniques et sanitaires de l'ensemble de l'établissement" .

"Si je suis un pion pour simplement cautionner les décisions de l'ARS, je me retire, je ne veux pas perdre mon âme dans cette histoire"

Si l'activité hospitalière n'est pas affectée par les démissions des docteurs Pierre Berger et Michel Poret, en revanche, la partie administrative elle est partiellement bloquée. La direction de l'Agence régionale de santé a annoncé qu'elle se rendrait en septembre aux Hôpitaux du Léman.