Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Gironde : les mineurs étrangers d'Hostens font entendre leur colère

mardi 7 mars 2017 à 20:11 - Mis à jour le mercredi 8 mars 2017 à 7:30 Par Pauline Pennanec'h et Aurélie Bambuck, France Bleu Gironde et France Bleu

Les 35 mineurs étrangers, accueillis à la base de loisirs Gérard-Lagors à Hostens, en Gironde, demandent à aller à l'école pour préparer leur avenir. Après avoir suivi une grève de la faim pendant deux jours, ils ont pu rencontrer des représentants du département.

Des jeunes qui souhaitent rester anonymes
Des jeunes qui souhaitent rester anonymes © Radio France - Pauline Pennanec'h

Hostens, France

La base de loisirs Gérard-Lagors à Hostens dans le Sud Gironde accueille 35 mineurs étrangers, dont la plupart viennent d'autres départements, où ils commençaient à suivre des formations. Ils viennent de Guinée, du Bangladesh, du Pakistan ou encore d'Erythrée.

Des jeunes inquiets pour leur avenir

Ils veulent apprendre le français, qu'ils parlent difficilement pour la plupart. Âgés de 14 à 18 ans, ces mineurs ambitionnent de devenir plombier, menuisier, mécano, cuistot : des rêves plein la tête mais bloqués entre quatre murs.

"On veut aller à l'école ! Ici, c'est manger, dormir... On ne fait rien !" —témoignage d'un Guinéen.

Les jeunes inquiets ont donc entamé une grève de la faim. Elle aura duré deux jours avant que le département ne vienne les rassurer.

Le département leur promet qu'ils pourront rencontrer un juge des enfants

Face à cette inquiétude grandissante, la vice présidente du département en charge de la protection de l'enfance s'est rendue à Hostens ce mardi en fin de journée. Elle a expliqué aux adolescents qu'ils devraient faire preuve de patience. Mais le département va tout mettre en oeuvre pour que leur situation soit étudiée par un juge des enfants. À la fin du mois, ils vont être transférés à Mérignac, mais pour aller sur les bancs de l'école, il faudra du temps.