Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Huit cas de gale à l'usine Renault de Cléon : les syndicats accusent la direction "d'avoir alimenté la psychose"

Ces huit cas de gale se sont déclarés à la mi-juin dans l'usine automobile située près de Rouen. La CGT accuse la direction de ne pas avoir communiqué, créant ainsi une "forte inquiétude" chez les salariés. Le syndicat estime également que les mesures nécessaires n'ont pas été prises.

L'usine de Cléon produit des moteurs et des boîtes de vitesse
L'usine de Cléon produit des moteurs et des boîtes de vitesse © Maxppp - Thomas Padilla

Cleon, France

C'est une affaire qui fait parler voire qui inquiète les quelque 4500 salariés de Renault Cléon. A la mi-juin, huit cas de gale ont été déclarés dans l'usine de l'agglomération rouennaise, comme l'a révélé 76actu. Ce qui a créé un début de psychose. "Evidemment tout le monde en discutait sur le site, tout le monde était inquiet de voir que l'épidémie se développait. Certains avaient peur de ramener la gale chez eux, juste avant les vacances", raconte Pascal le Manach, secrétaire adjoint de la CGT chez Renault Cléon.

La gale, une affection contagieuse

La gale, explique la société française de dermatologie, "est une affection contagieuse qui se transmet par contact humain direct. Contrairement à certaines idées reçues, elle touche toutes les tranches d'âge, toutes les populations et tous les milieux socio-économiques"

"La direction n'a pas dit un mot"

Et le syndicaliste estime que la direction de l'usine a mal réagi : "La direction n'a pas dit un mot, n'a pas fait passer une seule information, à part dans quelques secteurs où les premiers cas ont été avérés. Et aujourd'hui, on ne sait pas si l'épidémie s'est arrêtée. Finalement en communiquant très peu, la direction a alimenté une sorte de psychose".

De son côté la direction explique que des informations ont été données aux salariés et que les lieux concernés ont été nettoyés.