Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Huit start-up stéphanoises s'affrontent au baby-foot pour montrer leur envie de faire bouger leur ville

dimanche 29 octobre 2017 à 23:12 Par Noémie Philippot, France Bleu Saint-Étienne Loire

Un tournoi de baby-foot pour montrer que Saint-Étienne peut revivre grâce à ses jeunes entreprises. C'était le message que voulaient adresser les huit start-up réunies ce dimanche à la Fabuleuse Cantine, dans l'ancienne manufacture. Et leur univers attire.

Ces huit jeunes entreprises se sont réunies le temps d'un tournoi de baby-foot pour montrer leur envie de faire bouger Saint-Etienne.
Ces huit jeunes entreprises se sont réunies le temps d'un tournoi de baby-foot pour montrer leur envie de faire bouger Saint-Etienne. © Radio France - Noémie Philippot

Saint-Étienne, France

Mary's Coffee Shop, Green Cup, Cadeau Maestro ou encore Pizza Cosy. Ces noms ne vous sont peut-être pas inconnus, car ces quatre entreprises ont vu le jour il y a plus de cinq ans à Saint-Etienne. Elles sont à l'origine de ce tournoi de baby-foot, pour lequel elles ont chacune invité un filleul.

Pour Florian Garnier, le cofondateur de Green Cup - l'entreprise qui produit des gobelets en plastique réutilisables - le baby-foot n'est pas un choix anodin. C'est même un symbole de l'esprit start-up : "Les grosses entreprises, pour initier cet esprit start-up installent un baby-foot. Nous, c'est un baby-foot pour avoir des gens qui sont contents de rester le midi, le soir, avec des collègues qui sont devenus des amis, c'est ce qu'on essaie de maintenir."

Ces entreprises sont déjà bien installées : certaines sont même devenues des franchises, comme Mary's Coffee Shop ou Pizza Cosy. Alors est-ce qu'on peut vraiment encore parler de start-up ? Pour Julien Licata, responsable marketing de Pizza Cosy, c'est une philosophie plus qu'un statut : "Même si le groupe fait 5 millions d'euros de chiffre d'affaire cette année et on a 70 employés, on se veut start-up dans ce côté innovant en terme de produits, dans cette jeunesse, ce dynamisme !" Et la recette fonctionne, l'idée d'une entreprise basée sur une bande de copains attire. Solène est étudiante stéphanoise, en alternance chez Green Cup. Ce tournoi qui réunit huit start-up est très motivant pour elle : "Quand on est étudiant, on se dit que pour créer quelque chose, il faut aller dans des villes plus grandes, et en fait finalement non, à Saint-Etienne il y a de quoi se développer, et c'est super intéressant."

Mieux se connaître et de se soutenir entre jeunes entrepreneurs

Monter sa start-up, c'est une aventure assez solitaire au départ, et difficile. Garance a fondé il y a un an l'Escape Game 1909, un jeu d'évasion grandeur nature installé rue de la République à Saint-Etienne. Pour elle, ce tournoi de baby-foot, c'était l'occasion d'échanger avec des entrepreneurs plus expérimentées : "Ça permet aussi de voir qu'on n'est pas tout seul. La plupart des gérants d'entreprise sont assez jeunes, on est face à des problématiques communes, de gestion d'entreprise, de management. C'est bien de se rencontrer pour plus tard créer d'autres liens et pouvoir compter les uns sur les autres."

Pour Garance, même si les huit entreprises présentes évoluent dans des domaines très différents, elles sont liées par deux traits de caractères : leur jeunesse, et leur envie de se développer rapidement.