Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

I Paceri per viaghju

vendredi 29 septembre 2017 à 19:55 Par Hélène Battini et Didier Arnoux, France Bleu RCFM

Ce samedi à l'Université de Corse, à partir de 15 heures Campus Mariani, le collectif Avà Basta et la fondation Umani en partenariat avec l'Université de Corse et l’Éducation nationale lanceront officiellement « la longue marche des PACERI ».

I Paceri per viaghju
I Paceri per viaghju

Corse, France

" Depuis 3 ans, avec la crise migratoire en Europe et les attentats islamistes, se développe en Corse un climat de peur et de rejet de l'autre. Les actions de certains mouvements et groupuscules identitaires prônant le repli sur soi, la xénophobie, le rejet de l'autre, notamment sur les réseaux sociaux ont fait réagir des personnes soucieuses de maintenir la paix " I Paceri

Joseph Maestracci, président du collectif Avà Basta, présentera samedi la démarche I Paceri aux côtés du président de la fondation Umani, Jean-François Bernardini, cette semaine il était l’invité du 12h / 12h30 de RCFM pour évoquer cette initiative.

« La Corse n’est pas en guerre, la Corse est un peuple paisible mais il y a des agitateurs qui eux poussent à des extrême. C’est le vivre ensemble qui me pose problème. Il fut un temps, où c’était le mot d’ordre, aujourd’hui je pense qu’il est dépassé. Dès qu’on dit vivre ensemble, on est deux, et aujourd’hui il faut être un. Ce sont les religions qu’on veut opposer. C’est bizarre que les personnes qui prêchent la justice, la tolérance, se battent, s’étripent presque, surtout sur les réseaux sociaux, alors qu’elles vénèrent le même père. C’est peut-être les non croyants aujourd’hui les plus faiseur de paix. »

Mobiliser un maximum

Hélène Lachaud, directrice du collectif Avà : « L’objectif est de mobiliser un maximum de citoyens, que chacun au-delà de ses différences, de sa religion, de son âge, de sa profession, etc…se réunisse dans une même communauté, c’est ça l’appartenance au mouvement « Paceri », c’est être la source d’un sentiment de solidarité, être capable de transcender les intérêts personnels et les identités spécifiques. On veut la paix, que sur une île où on est 360 000 habitants on puisse vivre en paix et en toute tranquillité les uns avec les autres. »