Société

Il faut aider les détenus à leur sortie de prison

Par Gaëlle Schüller, France Bleu Hérault jeudi 19 janvier 2017 à 8:46

Le centre pénitentiaire de Béziers
Le centre pénitentiaire de Béziers © Radio France - Gaëlle Schüller

Aider les détenus à bien négocier leur retour dans la société civile est incontournable si l'on veut éviter la récidive. Bertrand Bosc, aumônier à la maison d'arrêt de Béziers, en est convaincu. Pourtant, rien ou presque n'existe en France .

En pleine campagne picarde, la ferme de Moyembrie accueille une vingtaine de prisonniers qui effectuent la fin de leur peine en milieu ouvert pour réapprendre à vivre en société. Ils y dorment, mangent et travaillent. Très encadrés, ils préparent aussi intensément leur nouvel envol dans la "vraie" vie. Une expérience unique en France.

Samuel Gautier, qui s'est beaucoup investi dans la ferme de Moyembrie en a fait un film intitulé "A l'air libre" qu'il va défendre dans toute la France . Ce jeudi , il est à Béziers à l'invitation de Bertrand Bosc, aumônier de prison. Tous les deux prônent l'urgente nécessité de multiplier les structures sur le modèle de la ferme picarde.

"Le détenu a besoin, à sa sortie de prison, qu'on lui tienne la main"

Bertrand Bosc, aumônier à la maison d'arrêt de Béziers

Samuel Gautier se bat aujourd'hui pour ouvrir dans l'Aude, à la frontière de l'Hérault et du Tarn, une ferme-auberge tenue par des détenus en fin de peine, placés sur décision du JAP, le juge d'application des peines.

Les prisonniers bénéficieraient, en milieu ouvert, d'un logement individuel et d'un accompagnement personnalisé pour concrétiser leur projet de vie défini dès leur arrivée. Ils travailleraient dans la ferme biologique et accueilleraient les randonneurs et touristes logés dans l'un des deux gîtes ou dans la quinzaine de chambres d'hôtes.

L'aumônier Bertrand Bosc se montre très enthousiaste face à ce projet car il le constate chaque jour :

"La récidive est incluse dans la nature même de la prison"

Le détenu sort avec 50 euros en poche et.."démerde-toi"

Le projet de la ferme-auberge dans l'Aude est en marche. Tout est prêt... Reste à trouver les partenaires et les 4,5 millions d'euros d'investissement qui vont avec.