Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Il faut plus de places d'hébergement pour les migrants

mercredi 12 septembre 2018 à 11:16 Par Yann Lastennet, France Bleu Maine

Damien Carême, le maire de Grande-Synthe dans le Nord, participe jeudi soir au Mans à une table ronde sur l'accueil des migrants. Il réclame d'avantage de places d'hébergement et de centres d'accueil, au Mans comme ailleurs, pour prendre en charge ces personnes en grande précarité.

Squat de migrants à Nantes
Squat de migrants à Nantes © Maxppp - PHOTOPQR/OUEST FRANCE/Franck Dubray

Le Mans

Ils cherchent à gagner l'Angleterre coûte que coûte. Des centaines de migrants font étape à Grande-Synthe, une commune située à trente kilomètres de Calais. Faute de place dans les centres d'hébergement, les migrants s'installent dans des camps, le plus souvent insalubres et où règne parfois la loi du plus fort. Des campements régulièrement évacués sur injonction du préfet mais sans pour autant de solution de repli pour ces hommes et ces femmes qui errent dans les rues. La semaine dernière, 500 migrants ont été évacués. " Ils se retrouvent sans rien" explique le maire Damien Carême. "Ils étaient sous des tentes. On avait installé des points d'eau et des douches, des sanitaires. Aujourd'hui ils errent dans les rues, dans les sous-bois, c'est complètement indigne de laisser vivre des personnes dans ces conditions là"

4 campements de migrants ont été évacués depuis le début de l'année à Grande Synthe. Mais il n'y a pas assez de place dans les centres d'hébergement pour les accueillir

Au Mans comme ailleurs, il faut plus de places d'hébergement

Damien Carême, le maire écologiste de Grande Synthe - Maxppp
Damien Carême, le maire écologiste de Grande Synthe © Maxppp - PHOTOPQR/VOIX DU NORD/Marc Demeure

Au Mans, 350 migrants sont hébergés dans centres d'accueil. Mais ils sont complets et il n' y a pas assez de places pour tout le monde. Du coup, une cinquantaine de personnes se retrouve à la rue en ce moment. Des hommes mais aussi des femmes et des enfants qui dorment dehors. Ce que dénoncent les associations humanitaires qui ont manifesté devant la préfecture mardi. "La situation n'est pas la même  à Briançon qui est une porte d'entrée sur le territoire et au Mans où les migrants sont en stand-by" explique Damien Carême. "En revanche, partout, il y a besoin de centre d'accueil et de lits supplémentaires avec des interprètes pour bien expliquer la situation aux migrants, quels sont leurs droits. Il y a tout un dispositif à mettre en oeuvre pour éviter ces campements indignes de notre puissance économique et de l'Europe en règle générale". Damien Carême estime aussi que les 12 900 places supplémentaires promises par le gouvernement en 2017 sont déjà insuffisantes pour faire face à la demande.

Au Mans comme à Grande Synthe ou Briançon, il faut plus de places d'hébergement pour accueillir dignement des hommes et des femmes en grande précarité

C'est un prétexte à ne rien faire

Certains maires ou préfets se montrent réticents car ils craignent qu'en ouvrant des centres d'accueils, il y ait un appel d'air. Une idée battue en brèche par Damien Carême. "Il n' y a pas des foules qui arrivent parce qu'il y a un centre d'accueil. C'est un prétexte à ne rien faire. Chez nous, sur la côte, l'appel d'air il s'appelle Angleterre. Ce n'est pas le fait qu'on organise un accueil qui les fait venir. Ils sont là pour franchir la Manche. Donc il faut mettre les bouchées doubles pour éviter que plus personne ne dorme dehors dans notre pays

Pour Damien Carême, la prise en charge des migrants, insuffisante selon lui, n'est pas à la hauteur d'un pays comme la France

Damien Carême, maire écologiste de Grande-Synthe dans le Nord participe jeudi soir à une table ronde sur la question de l'accueil des migrants. C'est à 20H30, salle Barbara au Mans