Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

"Il faut que les maisons de santé soient l'exception" : la colère des médecins libéraux en Dordogne

vendredi 20 avril 2018 à 18:39 Par Willy Moreau, France Bleu Périgord

Le Syndicats des Médecins Libéraux pousse un coup de gueule après la création de centres départementaux de santé en Dordogne qui embauchent des médecins généralistes. Il s'agit d'une concurrence déloyale pour ceux qui travaillent en libéral.

Les médecins libéraux n'acceptent pas l'arrivée de centres départementaux de santé.
Les médecins libéraux n'acceptent pas l'arrivée de centres départementaux de santé. © Maxppp - Simon Daval

Dordogne, France

"Cela n'incite pas du tout les jeunes à s'installer dans notre département", peste Benoit Blanc, médecin libéral à Bergerac et président du Syndicat des Médecins Libéraux en Dordogne qui vient de publier un communiqué contre les centres départementaux de santé installés dans le département. 

Une concurrence déloyale

Ces centres publics embauchent des médecins aux frais des collectivités. Pour Benoit Blanc, c'est une concurrence pour les médecins libéraux installés dans le département : "Les jeunes médecins qui arrivent en Dordogne doivent payer la secrétaire, le chauffage et l'électricité alors que les médecins salariés ont leurs 35 heures et tout est payé par les collectivités"

Le SML ne réclame pas le retrait de ces centres mais demande une meilleure coordination entres les collectivités et les professionnels. "On demande aux collectivités de travailler avec les médecins et pas contre les médecins. Au Lardin Saint-Lazare, il n'y a pas de médecin autour donc nécessité fait loi mais il faut que cela reste un cas extrême", explique Benoit Blanc.  

Il regrette également que les collectivités ne soutiennent pas les jeunes qui s'installent : "À Bergerac par exemple, ils ne sont pas aidés du tout parce qu'il faut financer le déficit du centre municipal de santé. C'est contre-productif alors que notre département est un désert médical"