Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Risque de noyade : en Seine-Saint-Denis, l'inquiétude des maîtres-nageurs à l'approche de l'été

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Alors que les piscines vont rouvrir à tous les adultes dès ce mercredi 9 juin, les enfants eux sont de retour dans les bassins depuis le 19 mai. À l'approche de l'été et face au risque de noyade, les clubs tentent de rattraper le retard sur le "savoir nager". Reportage à Saint-Denis.

L'Étoile sportive dionysienne donne des cours de natation à près de 300 enfants à Saint-Denis
L'Étoile sportive dionysienne donne des cours de natation à près de 300 enfants à Saint-Denis © Radio France - Hajera Mohammad

À la piscine municipale La Baleine de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), la seule dans cette ville de 110.000 habitants, les bassins sont de nouveau accessibles pour tous les mineurs depuis le 19 mai, après plus de six mois de fermeture en raison de la crise du Covid-19.

Des enfants n'ont pas repris les séances

Une bonne nouvelle pour Christian Froeliger, l'un des responsables de l'Étoile sportive dionysienne (ESD), association sportive qui donne des cours de natation à près de 300 enfants de la ville. Mais depuis le 19 mai, tous les jeunes ne sont pas revenus. "Environ 40% des enfants qui venaient avant n'ont pas repris les séances, soit parce que les parents ne veulent pas les envoyer, soit parce qu'ils n'ont plus envie. Cette année, il y a aura hélas un gros déficit d'apprentissage", prédit-il. "On ne pourra pas rattraper le temps perdu sur les 4 ou 5 séances qu'il reste et pour certains, il faut presque tout reprendre à zéro".

Revoir les bases

Au bord du petit bassin, Jade, maître nageuse qui encadre un cours d'éveil pour les 4-6 ans, confirme : "On a vu une grande différence depuis la reprise. _Juste avant la fermeture, les petits commençaient à être à l'aise, à ne plus avoir peur et là il faut revoir les bases_". Même constat chez les plus grands, les 6-8 ans qui tentent de faire des longueurs dans le bassin de 25 mètres, sous la surveillance de Nicolas. 

"Normalement, à cette période, ils peuvent faire les 25 mètres sans problème, et là on voit les enfants qui s'accrochent au mur, c'est catastrophique", analyse le maître-nageur. "Même chez les scolaires, les profs en 6ème nous disent qu'ils ont récupéré des élèves qui ne savent pas du tout nager, parce qu'en CM2, ils n'ont quasiment eu aucun cours".

Sahar et sa fille Aya, 7 ans, qui reprend les cours de piscine
Sahar et sa fille Aya, 7 ans, qui reprend les cours de piscine © Radio France - Hajera Mohammad

Aya, 7 ans, est ravie de reprendre la piscine, même si elle le reconnaît : "Je sais moins bien nager sans la frite, ou sur le dos, parce que ça fait longtemps". Son petit frère, Amjad, 4 ans, lui n'ose même plus mettre un orteil dans l'eau et reste assis auprès de sa mère, Sahar. "Il ne veut plus y retourner. Il pleurait, il était en larmes, alors qu'avant il avait de très bonnes bases, il mettait la tête sous l'eau, mais là plus rien. Il y a un tel stress pour lui que ce n'est plus possible", déplore la mère de famille

"Impossible de rattraper le temps perdu" - Christian Froeliger, responsable de l'Étoile sportive dionysienne

Un millier de décès par noyade chaque année

Une situation encore plus critique, à l'approche des vacances d'été, une période propice aux noyades. Elles sont à l'origine d'un millier de décès environ chaque année en France. C'est même la première cause de mort accidentelle chez les moins de 25 ans, selon Santé Publique France.  Alors pour les quelques séances de natation encore programmées d'ici fin juin, les maîtres-nageurs de l'ESD vont à l'essentiel. "L'objectif avant l'été c'est de leur apprendre comment être capable de rejoindre le bord, de se mettre en sécurité en cas de danger, s'ils tombent à l'eau", explique Nicolas.

Faire du "savoir nager", une priorité nationale

En Seine-Saint-Denis, 1 enfant sur 2 ne sait pas nager quand il entre au collège. Le manque d'équipements sportifs, de piscines, sur le territoire, explique en grande partie ce constat. Et la crise sanitaire n'a pas arrangé les choses, au contraire. Alors pour Christien Froeliger, il faut mettre d'avantage l'accent sur "le savoir nager", aussi bien au niveau local que national. "Toutes les solutions sont bonnes bien sûr ! Il faut en faire d'avantage pour que tous les enfants à 10 ans maximum puissent savoir nager, comme ils savent marcher, comme ils savent parler. Ca devrait être quelque chose d'essentiel". 

Risque de noyade : en Seine-Saint-Denis, l'inquiétude des maîtres-nageurs à l'approche de l'été - REPORTAGE

Choix de la station

À venir dansDanssecondess