Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Il n'y a pas de place pour le racisme dans la police' selon le patron de la police du Nord

-
Par , France Bleu Nord

Invité de France Bleu Nord ce mardi, Jean-François Papineau, directeur départemental de la sécurité publique dans le Nord, a défendu les policiers, mis en cause pour des violences ou des actes racistes.

Une voiture de police. Illustration
Une voiture de police. Illustration © Radio France - Radiofrance

"La France, ce ne sont pas les Etats-Unis". Pour Jean-François Papineau, le directeur départemental de la sécurité publique dans le Nord, il ne faut pas faire d'amalgame entre les polices de ces deux pays. Il affirme que les policiers en France sont "extrêmement contrôlés" et que "la police est véritablement républicaine."

"On ne tourne pas la tête"

Aux accusations de racisme dans les rangs des policiers, Jean-François Papineau répond qu'"il peut y avoir des individus qui tiennent des propos racistes, y compris dans la police" et que si c'est le cas, "les policiers sont poursuivis, systématiquement. C'est le rôle de la hiérarchie de relever les fautes lorsqu'elles sont commises." Le DDSP du Nord précise d'ailleurs que lorsqu'il y a poursuites, elles sont doubles : sur le plan disciplinaire mais aussi sur le plan pénal. 

"Il y a le temps de l'action et le temps de la justification"

Le directeur départemental de la sécurité publique précise que "l'usage de la force dans la Police nationale est particulièrement encadré". Et de rappeler que les policiers sont eux aussi exposés à des sanctions pénales en cas de recours à la force injustifié. 

Malgré le contexte actuel des manifestations, Jean-François Papineau estime que le contact n'est pas rompu entre la police et les citoyens. "Je rends hommage à leur engagement" conclut-il.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess