Société

Il n'y a jamais eu autant de tatoués en France : à Limoges, les salons poussent comme des champignons !

Par Julien Balidas, France Bleu Limousin mardi 17 janvier 2017 à 18:35

Antoine dans sa boutique Tattoo me Shop
Antoine dans sa boutique Tattoo me Shop © Radio France - Julien Balidas

Selon une étude Ifop réalisée pour le Syndicat national des artistes tatoueurs (Snat), 7 millions de Français sont tatoués. Cela représente 14% de la population majeure du pays. Limoges n'échappe pas à la tendance. On y compte plus d'une dizaine de salons.

Ils sont de plus en plus nombreux à ne plus avoir peur du bruit des aiguilles. Fabien a ouvert sa boutique près de la gare, "le village encré". Même pas peur de la concurrence : "Il faut que chacun se différencie. Moi je propose des pièces uniques. Pas de copié/collé."

Les femmes plus tatouées que les hommes

En France, 16% des femmes sont tatouées, 10% des hommes. Même tendance à Limoges ? "Oui, beaucoup de jeunes entre 20 et 25 ans et beaucoup de filles qui font des petites pièces. "Il y a du boulot" rajoute Antoine, au salon Tattoo Me Shop. "On fait entre deux et trois projets par semaine et on a une quinzaine de demandes sur une même période."

"Eviter les bêtises"

L'effet de mode prend parfois le pas sur la vraie passion du tatouage. "Beaucoup viennent me voir en me disant qu'ils ont vu ça sur un copain ou un mec de télé-réalité. Moi j'essaie de leur proposer un truc plus personnel" explique Fabien. Antoine l'a remarqué aussi dans son salon Tatoo me shop rue de Bellac, près de Beaublanc : "Il faut avoir 18 ans, 17 si il y a les parents. On en parle, on prend le temps. Un tatouage ça ne se fait pas en deux minutes."

De plus en plus de salons clandestins

Une autre preuve que le tatouage se démocratise : les policiers. Depuis qu'ils ont le droit de se faire tatouer, c'est un défilé à Tattoo Me Shop : "On a un vrai afflux de policiers. Ils n'hésitent plus à le faire."

Face à cette mode du tatouage, les salons clandestins sont de plus en plus nombreux. C'est le revers de la médaille. Pour payer moins cher, certains ne prennent pas trop de précautions. Et reviennent voir les professionnels. "C'est ce qu'on fait le plus, des recouvrements, il n'y a pas assez de contrôles" explique Antoine.

"Il y a un manque de contrôle" explique Antoine, tatoueur sur Limoges

Comptez une centaine d'euros en moyenne pour un tatouage. Des milliers parfois pour faire un dos complet par exemple.