Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Il pousse sa brouette sur la route des Grandes Alpes pour lutter contre la maladie de Charcot

vendredi 3 août 2018 à 16:47 Par Laurent Vareille, France Bleu Azur et France Bleu

En route depuis trois semaines, Vincent et sa fidèle brouette arrivent à Nice, après avoir parcouru 720 kilomètres. Le but de son épopée, récolter des fonds pour la recherche contre la maladie de Charcot, maladie neurodégénérative incurable. Pari réussi : la cagnotte en ligne compte 27.000 euros.

Vincent a passé mercredi 1er août le col de Turini, avant d'amorcer sa descente vers Menton.
Vincent a passé mercredi 1er août le col de Turini, avant d'amorcer sa descente vers Menton. - Alain Bernart

Nice, France

La semelle de ses chaussures est usée d'avoir tant marché. Depuis le kilomètre zéro de la route des Grandes Alpes, Vincent Monnerie a poussé sa brouette dans les cols et les vallées alpines, avant d'arriver ce samedi 4 août à Nice. Parti le 15 juillet de Thonon-les-bains (Haute-Savoie), il a vécu sur les routes, dormant chez l'habitant, pour promouvoir la lutte contre la maladie de Charcot. Vincent et ses proches ont été touchés de près par cette maladie : son père en est décédé en mai. Alors il s'est lancé à l'assaut des montagnes afin de lever des fonds pour la recherche.

"C'était comme un uppercut que je mettais à la maladie."

Les 27.000 euros récoltés sur la cagnotte en ligne Leetchi (à l'heure où nous écrivons l'article) seront entièrement reversés à la recherche contre la maladie de Charcot. C'est une maladie neurodégénérative incurable, qui atrophie peu à peu les muscles des patients, jusqu'à atteindre les muscles respiratoires. "Je me suis senti tellement impuissant pendant la maladie... Chaque col que j'ai gravi, c'était comme un uppercut que je mettais à la maladie."

Il a fait de la brouette sa marque de fabrique, mais il n'a pas eu besoin d'entrainement avant de se lancer sur les routes. "Je suis issu du monde du chantier. Mon père était déjà dans les travaux publics, et moi également. J'ai gardé cet outil pour transporter mes affaires de voyage, et me faire remarquer sur la route." Ça a très bien marché : 93.000 personnes suivent son parcours sur sa page Facebook "Des kilomètres en brouette".  

"Au rythme d'un marathon par jour"

"Ces derniers jours, j'étais au rythme de un marathon par jour", soit plus de 40 kilomètres quotidiens, pour arriver dans les temps à Nice. À peine arrivé, il pense déjà à repartir : il prévoit un tour de Corse en septembre, voire un tour de France l'année prochaine... toujours accompagné de sa fidèle brouette. 

Vincent et sa brouette ne passent pas inaperçu sur la route : l'occasion d'échanges et de selfies avec les habitants. - Aucun(e)
Vincent et sa brouette ne passent pas inaperçu sur la route : l'occasion d'échanges et de selfies avec les habitants. - Alain Bernart