Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Il y a 70 ans, le maréchal Pétain était conduit de force à Belfort

dimanche 24 août 2014 à 7:00 Par Sébastien Germain, France Bleu Belfort-Montbéliard

Le 20 août 1944, le maréchal Pétain cesse d'exercer ses fonctions de chef de l'Etat Français. Sur ordre d'Hitler, il quitte Vichy et se retrouve transféré à la préfecture de Belfort avec son gouvernement. Avant de rejoindre l’Allemagne, il va vivre dans l’aire urbaine ses derniers moments en France, en compagnie de miliciens qui n'ont pas laissé de bons souvenirs...

Pétain devant la Préfecture du Territoire de Belfort
Pétain devant la Préfecture du Territoire de Belfort - Archives départementales du Territoire-de-Belfort

Il reste très peu d’archives du passage du maréchal Pétain dans l’aire urbaine et pourtant les historiens savent tout de son séjour grâce notamment à de nombreux documents retrouvés à la préfecture du Territoire de Belfort. Le chef du gouvernement Pierre Laval collabore toujours avec les Allemands. Contrairement au maréchal Pétain, il ne se considère pas comme leur prisonnier et il accepte, sans difficulté, d’être conduit à Belfort. Il est d’ailleurs rejoint par plusieurs membres de son gouvernement.

Pétain et Laval ne se parlent plus

Le maréchal Pétain est conduit de force à Belfort, à la préfecture. Il refuse de parler ou même de rencontrer Pierre Laval. Joseph Schmauch, directeur des archives départementales du Territoire de Belfort, explique que les deux hommes étaient en froid car le maréchal voulait désormais passer le pouvoir à Charles de Gaulle alors que Pierre Laval préférait lui continuer à collaborer.

Joseph Schmauch, Directeur des Archives départementales du Territoire-de-Belfort

Le maréchal Pétain reste très peu de temps à la préfecture. Accompagné de sa femme et de son médecin personnel il est rapidement transféré au château Viellard à Morvillars. Il rencontre alors une femme qui va avoir un rôle capital.

Louise Viellard, la résistante qui aide Pétain

Louise Viellard est, avec son mari, la propriétaire du château. Elle fait partie de la Résistance. De nombreuses réunions se déroulent d’ailleurs régulièrement au château pour planifier des opérations. Mais Louise a conservé des sentiments maréchalistes. Joseph Schmauch nous explique qu’elle va même mettre en relation le maréchal avec la Résistance. Pétain pourra alors écrire à Charles de Gaulle.

Joseph Schmauch, Directeur des Archives départementales du Territoire-de-Belfort

La milice saccage Belfort

Pendant que Pétain et son gouvernement sont dans l’aire urbaine, la population souffre à Belfort. La milice est arrivée dans ce qui est désormais la capitale régionale. Marie-Antoinette Vacelet est historienne, elle nous raconte que la milice a volé de l’or à la Banque de France. Des miliciens ont même fait arrêter des résistants.

Marie-Antoinette Vacelet, Historienne

Le maréchal Pétain quitte Morvillars le 7 septembre. Il est transféré en Allemagne. Il sera finalement remis aux autorités françaises un an plus tard, le 26 avril.