Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Loire-Atlantique : de nombreuses cyberattaques dans le département selon une entreprise d'informatique locale

-
Par , France Bleu Loire Océan

Emmanuel Macron annonce ce jeudi un plan d'un milliard d'euros pour sécuriser les sites les plus sensibles contre les cyberattaques. Les entreprises privée mais aussi le public, comme le CHU de Nantes, ne sont pas épargnés.

Les attaques informatiques touchent les grosses mais aussi les petites entreprises pour obtenir des rançons
Les attaques informatiques touchent les grosses mais aussi les petites entreprises pour obtenir des rançons © Maxppp - Richard BRUNEL

Après les cyberattaques qui ont ramené les hôpitaux de Dax et Villefranche-sur-Saône au "tout papier" ces derniers jours, Emmanuel Macron a annoncé ce jeudi un plan d'un milliard d'euros pour renforcer la cybersécurité des systèmes sensibles. Peu importe la taille de la société, le piratage informatique est l'angoisse des entreprises publiques et privées. 

Le CHU de Nantes reste lucide

Les hôpitaux, comme toutes les administrations, ont "pour consigne stricte de ne jamais payer" de rançons, avait rappelé l'Elysée mercredi, alors que ces attaques ont quadruplé en 2020, dont 11% visaient des hôpitaux. 

Le Centre Hospitalier Universitaire de Nantes, est également victime d'attaques. "Il y a des petites tentatives d'intrusions, des petits virus qui se baladent, il y a des trucs embêtants mais en général, on les repère assez vite", précise Cédric Cartau, le responsable de la cybersécurité du CHU de Nantes avant d'ajouter : "Mais on ne fanfaronne pas non plus. On sait très bien que ce qui est arrivé à Dax peut nous arriver demain. C'est le type d'attaque qui est le plus redouté. C'est quasiment le seul sinistre qui peut bloquer totalement une entreprise pendant des semaines. Un incendie ou une coupure de courant par exemple, dans un hôpital, ça peut faire des dégâts mais pas sur plusieurs semaines". 

Et dans le secteur privé ? 

D'après la société nantaise RLG informatique, en Loire-Atlantique comme ailleurs, les cyberattaques sont nombreuses. A tel point que la société a décidé de s'associer avec la gendarmerie du département pour créer cinq vidéos Youtube pour mettre en avant le sujet et donner des conseils. Le premier épisode, sorti en janvier 2021 parle justement de sécurité informatique. 

Dans cette vidéo, comme pour les hôpitaux, l'adjudant Despret, référent sûreté de la gendarmerie de Loire-Atlantique, déconseille de payer les demandes de rançon. "Il faut dénoncer les faits au commissariat ou en gendarmerie. Il est impératif de déposer plainte et de ne pas payer une rançon. Vous n'avez aucune garantie que votre réseau sera remis en conformité par le criminel", insiste le militaire. 

Il ne faut pas payer les rançons. - Adjudant Despert, référent sûreté de la gendarmerie de Loire-Atlantique

Pour le gendarme, les entreprises restent silencieuses car elles craignent une médiatisation. "On s'est rendu compte que malgré le paiement, le hacker aime montrer qu'il sait faire. Le paiement ne garantit en rien que l'image ne sera pas ternie", ajoute l'adjudant. 

Pour la société RLG informatique, toutes les entreprises peuvent être victimes d'attaques informatiques. "Les hackers aujourd'hui, contrairement à ce qui se passait auparavant, ne ciblent pas forcément les grosses sociétés qui se sont déjà bien protégées depuis de nombreuses années. Ils vont prendre un serveur et taper des adresses IP au hasard. Quand une entreprise répond, le hacker rentre dans le système. En l'espace de quelques heures, toute la société va être attaquée. Ça va extrêmement vite", reconnaît Yann Deniaux, le directeur marketing et commercial de la société informatique.    

Choix de la station

À venir dansDanssecondess