Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Il y a 100 ans, Orléans devenait la marraine de Vauquois, dans la Meuse

-
Par , France Bleu Orléans

Aujourd'hui ont lieu à Vauquois, dans la Meuse, les cérémonies pour le centenaire de la décision de la ville d'Orléans de devenir "marraine de guerre" de ce petit village anéanti par les combats de 14-18. Parrainage qui permit la reconstruction du village après-guerre.

Le monument aux morts érigé sur la butte de Vauquois en 1926 et restauré en 2012
Le monument aux morts érigé sur la butte de Vauquois en 1926 et restauré en 2012 - Mairie d'Orléans

Orléans, France

C'était il y a 100 ans : Orléans devenait "la marraine de guerre" d'un petit village de la Meuse. Marraine d'après-guerre devrait-on dire, car il s'agissait alors de reconstruire le village de Vauquois, près de Verdun - village totalement anéanti par les combats de 14-18, et où périrent 15 000 hommes, dont bon nombre étaient originaires d'Orléans. 

La terrible butte de Vauquois 

Vauquois est situé à 35 km de Verdun. Avant que n'éclate la première guerre mondiale, le village était construit sur une butte de 290 mètres hauteurs. D'où l'intérêt stratégique de Vauquois pendant le conflit : à la fois observatoire exceptionnel et verrou qui permet de contrôler la route et la voie ferrée entre Verdun et Paris. Les combats y furent incessants, avec des tranchées, des galeries souterraines, des tonnes d'explosifs et de mines. Au sortir de la guerre, le bilan est terrible : 15 000 morts, et un village totalement détruit laissant place à un paysage lunaire, dévasté par des cratères.

"Ce qu'il faut savoir, explique Gérard Pichon, délégué général adjoint du Souvenir Français dans le Loiret, c'est qu'un régiment alors basé à Orléans a eu une part très active dans les combats pour l'occupation de cette butte : le 131ème régiment d'infanterie. Or, beaucoup de conscrits de ce régiment sont Orléanais ou Loirétains et font donc partie des victimes. A partir de là, Orléans s'est sentie concernée par Vauquois, de nombreuses familles y allèrent en pèlerinage dans les années 20 et les années 30."

Parrainage et souscription

C'est ce lien qui explique la décision prise par la ville d'Orléans, le 25 août 2019, de devenir "marraine de guerre" de Vauquois, afin de permettre la reconstruction du village, qui ne fut autorisée qu'au pied de la butte. Une souscription publique auprès des habitants orléanais recueille 20 000 francs et une subvention du même montant est accordée par le conseil municipal d'Orléans. "S'il n'y avait pas eu Orléans en 1919, aujourd'hui Vauquois serait un village mort pour la France comme le sont plusieurs villages autour de Verdun", souligne Jean-Pierre Delandre, l'actuel maire de Vauquois. La commune compte actuellement 27 habitants, contre 210 habitants avant la première guerre mondiale.

L'affiche de Vauquois pour les cérémonies du centenaire du parrainage d'Orléans - Aucun(e)
L'affiche de Vauquois pour les cérémonies du centenaire du parrainage d'Orléans - Mairie de Vauquois

"La commune de Vauquois tenait beaucoup à célébrer le parrainage de ce centenaire, confie Abel Moittié, l'adjoint au maire d'Orléans, en charge des commémorations. Et Orléans s'y associe bien volontiers". Abel Moittié sera à la tête d'une délégation d'une soixantaine d'Orléanais qui feront le déplacement. "C'est, au fond, poursuit l'élu, la communion entre _deux territoires qui n'ont rien en commun, sauf cette destinée tragique_. Il faut se souvenir de cette partie horrible de la guerre, pour faire en sorte que cela ne se reproduise pas. C'est de la transmission. C'est aussi de l'émotion, car Vauquois fait partie de ces lieux de mémoire, au même titre que l'ossuaire de Douaumont ou dans un autre registre le cimetière de Colleville, qui vous bouleversent, au sens premier du terme."

De l'émotion, il y en aura aujourd'hui, confirme Jean-Pierre Delandre. Et le maire de Vauquois de préciser : "Il y aura beaucoup d'émotion dans les gorges et dans les cœurs, sachant que c'est toute une histoire, en particulier pour moi car mon grand-père a été le maire de la reconstruction, dès 1920." Les cérémonies débutent à 18h, après une visite de la butte. Une évocation historique sera projetée sur la façade de la mairie de Vauquois, avant un feu d'artifice.

A ECOUTER : le reportage diffusé par France Bleu Orléans

Le centenaire du parrainage Orléans-Vauquois