Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Il y a 70 ans, les Landes de Gascogne connaissaient le feu de forêt le plus meurtrier de l'Histoire de France

Du 19 au 25 août 1949, un incendie ravage une grande partie de la forêt des Landes de Gascogne, au sud de la Gironde et au nord-ouest des Landes. Plus de 50 000 hectares de végétation sont parties en fumée et 82 personnes perdent la vie.

Photo d'archive de l'incendie catastrophique qui a ravagé une grande partie de la forêt des Landes en 1949.
Photo d'archive de l'incendie catastrophique qui a ravagé une grande partie de la forêt des Landes en 1949. © Maxppp - Maxppp

Département Landes, France

C'était il y a 70 ans. Le 19 août 1949 se déclare un incendie qui sera catastrophique pour la forêt des Landes de Gascogne. En sept jours, plus de 50.000 hectares de végétation ont brûlé, dont près de 25.000 de bois, et 82 personnes périssent. Cela reste d'ailleurs, à ce jour, l'incendie de forêt le plus meurtrier de l'Histoire de France.

Tout est parti d'une scierie, près de Saucats, en Gironde, et d'un mégot de cigarette mal éteint. Le feu parcourt ensuite le sud de la Gironde et le nord-ouest du département des Landes. 

André Bordes-Vidal se rappelle très bien de cet incendie. Ce Landais, qui vit à Luxey, a 100 ans aujourd'hui. Grand propriétaire de la forêt des Landes de Gascogne, il a 30 ans à l'époque du grand incendie et il travaille pour le syndicat des propriétaires forestiers. 70 ans après, il se rappelle de tout : la fumée, les cendres, le feu et la peur. "C'était vraiment une ambiance de fou. C'était la folie, vraiment"

Il faut dire qu'il fait très chaud cet été-là, la sécheresse est terrible. Résultat : "Il y avait des incendies qui partaient partout. Vous arriviez au coin de la commune, on vous disait 'Attention, le feu vient de partir à tel endroit', vous arriviez dans l'autre, 'le feu est parti de l'autre côté'. C'était tragique", décrit André Bordes-Vidal.

André Bordes-Vidal, dans sa maison de Luxey. - Radio France
André Bordes-Vidal, dans sa maison de Luxey. © Radio France - Fanette Hourt

Bordeaux plongée dans le noir à 17 heures

Le 20 août 1949, André Bordes-Vidal est convoqué à Bordeaux par le préfet de région pour parler de l'incendie. Il se souvient parfaitement de cette journée. "A 17h, il faisait noir, il faisait nuit, il y avait tellement de fumée, il faisait nuit à Bordeaux", raconte le centenaire. 

André Bordes-Vidal se souvient particulièrement de cette journée du 20 août 1949.

"Nous étions tous vraiment bouleversés, ajoute André Bordes-Vidal. Tout le temps on entendait 'le feu est reparti à tel endroit, il a sauté telle route....' C'était une ambiance épouvantable, c'était l'enfer, c'était invivable."

Très peu de moyens pour lutter contre le feu

Le problème est multiple. Tout d'abord, à la sortie de la Seconde guerre mondiale, la forêt n'est pas bien entretenue, les risques d'embrasement sont donc plus importants. Mais il y a aussi très peu de moyens de lutter contre les flammes. 

"Les pompiers partaient au feu à pieds, et en général avec une hache, décrit André Bordes-Vidal. On allait couper des petits arbres, parce qu'on éteignait le feu, non pas avec de l'eau puisqu'on n'avait aucun moyen de transporter de l'eau, mais en tapant sur le feu."

André Bordes-Vidal se souvient très bien de ce fameux été 1949.

Ce sont ces incendies de 1949 qui ont enclenché une réflexion sur les moyens qu'il fallait mettre en place pour combattre les feux de forêt. Est ainsi né le système que l'on connaît aujourd'hui et qui a prouvé son efficacité. 

Ce sont 42 000 km de pistes qui ont depuis été mises en place dans le massif des Landes de Gascogne. L'idée est de permettre aux pompiers de pouvoir les emprunter avec leurs camions pour aller au contact du feu, partout où il se déclare. 5 000 points d'eau ont aussi été aménagés : des puits, des citernes enterrées, des étangs, qui permettent aux pompiers de refaire le plein de leurs camions au plus près des incendies.

Une commémoration des incendies de 1949 aura lieu jeudi 22 août à 16h30 à la salle des fêtes d'Ychoux.

Choix de la station

France Bleu