Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Il y a des déchets radioactifs qui brûlent près d'un réacteur du CEA" : exercice nucléaire grandeur nature en Essonne

-
Par , France Bleu Paris

Une simulation d'accident nucléaire a lieu ce mardi et ce mercredi en Essonne. Un exercice supervisé par la préfecture, qui inclut cinq communes qui se trouvent près du CEA, le commissariat à l'énergie atomique, qui possèdent des réacteurs nucléaires de recherche.

Le commandant Prévotel fait le point avec ses équipes au poste de commandement chargé des mesures des rejets radioactifs.
Le commandant Prévotel fait le point avec ses équipes au poste de commandement chargé des mesures des rejets radioactifs. © Radio France - Tommy Cattaneo.

Ce n'est pas parce qu'on habite loin d'une centrale nucléaire qu'on est à l'abri d'un accident. La préfecture de l'Essonne organise un exercice grandeur nature avec le CEA, le commissariat à l'énergie atomique, qui fait aussi de la recherche sur l'énergie nucléaire à Saclay. Le scénario catastrophe : un incendie de fûts de déchet radioactifs, avec un possible rejet dans l'air. L'alerte a été donnée mardi à 9h30, et l'un des sites principaux de l'exercice, c'est l'École polytechnique, à Palaiseau, où sont centralisées les mesures d'éventuels rejets radioactifs.

Un PC  Mesures pour guider la préfecture dans la protection des populations

Le site est considéré comme "saint" grâce au vent qui souffle dans le bon sens, et qui éloignerait les rejets du CEA. "Ici on est à l'abri de toute retombée", explique le commandant Prévotel, responsable des équipes du risque radiologique des pompiers de l'Essonne, et qui travaille pour l'occasion avec une quinzaine de chercheurs de l'IRSN, l'institut de radioprotection et de sûreté nucléaire. Ils font des mesures dans l'air, l'eau, le sol et les transmettent au capitaine Laurent Grenier. Avec son collègue de l'IRSN, il transcrit les données en carte de la zone potentiellement contaminée. "C'est grâce à ça que la préfecture de l'Essonne décide des actions envers la population", détaille le capitaine. "Ça peut être la mise à l'abri, l'évacuation ou encore la prise de comprimés d'iode."

Dans le camion qui sert de poste de commandement, la carte des mesures est constamment mise à jour. - Radio France
Dans le camion qui sert de poste de commandement, la carte des mesures est constamment mise à jour. © Radio France - Tommy Cattaneo

A priori, pas de rejets, mais ça pourrait bien changer. "Je viens d'apprendre qu'il y a une fuite sur une des piscines de refroidissement sur le site du CEA", confie Philippe Lardon, qui travaille au CEA. "Et si le niveau d'eau diminue, on risque d'entrer en fusion de l'élément combustible, ce qui peut provoquer des rejets radioactifs dans l'air."

Une douche de décontamination a été installée sur le site de l'Ecole polytechnique. - Radio France
Une douche de décontamination a été installée sur le site de l'Ecole polytechnique. © Radio France - Tommy Cattaneo.

Quand on sait gérer le plus compliqué, on sait gérer le plus simple" - Sébastien Cauwel, directeur de cabinet du préfet de L'Essonne

Heureusement, c'est pour de faux. "Souvent on teste les scénarios les plus compliqués, parce que quand on sait gérer le plus compliqué, on sait gérer le plus simple", explique Sébastien Cauwel, directeur de cabinet du préfet de L'Essonne. "Et bien sûr tout est fait en amont pur éviter que ces scénarios-là puissent se réaliser."Il ne faut pas non plus être alarmiste. Les réacteurs du CEA sont 150 fois plus petits que ceux des centrales nucléaires.  Même en cas d'accident, il y aurait donc bien moins de rejets.

Plusieurs écoles du secteur autour du CEA ont aussi été confinées une partie de la matinée de mardi pour les besoins de l'exercice. © Radio France - Tommy Cattaneo - Radio France
Plusieurs écoles du secteur autour du CEA ont aussi été confinées une partie de la matinée de mardi pour les besoins de l'exercice. © Radio France - Tommy Cattaneo © Radio France - Tommy Cattaneo.
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu