Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Il y a eu 134 réunions publiques, en Indre-et-Loire, dans le cadre du grand débat national lancé par Emmanuel Macron

vendredi 15 mars 2019 à 5:16 Par Boris Compain, France Bleu Touraine

Ce vendredi 15 mars marque officiellement la fin du grand débat national lancé il y a 2 mois par Emmanuel Macron pour tenter de mettre fin à la crise des gilets jaunes. En Indre-et-Loire, 134 réunions publiques ont été organisées. Les gilets jaunes et les moins de cinquante ans y ont peu participé.

Réunion du grand débat national à Noyant-de-Touraine, le 31 janvier 2019
Réunion du grand débat national à Noyant-de-Touraine, le 31 janvier 2019 © Radio France - Boris Compain

Indre-et-Loire, France

La grande consultation nationale lancée par Emmanuel Macron s'est traduite par 134 réunions publiques en Indre-et-Loire, selon le décompte réalisée par la Préfecture. La plupart d'entre elles ont rassemblé entre 30 et 70 personnes, mais parfois beaucoup plus : entre 150 et 200, par exemple, à Noyant-de-Touraine, le 31 janvier en présence de la ministre de l'enseignement supérieur. 

La plupart de ces réunions se sont déroulées dans une ambiance cordiale

Point commun entre toutes ces réunions :  Peu de gilets jaunes.  Très peu de gens de moins de 50 ans. Un dialogue apaisé, le plus souvent, entre les participants, même si on entendait à quelques minutes d'intervalle des propositions totalement opposées, ce qui fait dire à certains organisateurs que le gouvernement ne pourra pas satisfaire tout le monde, quelles que soit les propositions qu'il retiendra. En Indre-et-Loire, comme dans le reste du pays, la question de l'augmentation du pouvoir d'achat est celle qui a été la plus souvent évoquée.

On notera aussi que des grands débats ont été montés pour des publics très différents, par exemple par l'association "Entraide et Solidarité", par l'union des entreprises de proximité ou par l'association écologiste Sépant.  La garde des sceaux a aussi organisé une discussion avec 43 détenus de la prison de Tours, le 14 février. 

Les députés très actifs dans l'organisation des débats, mais les maires souvent en retrait

Les députés ont été à l'origine de l'organisation de plusieurs débats auxquels ils sont la plupart du temps assisté sans s'exprimer mais en prenant des notes envoyées ensuite à Paris pour participer à la synthèse des propositions. En revanche, beaucoup de maires se sont contentés de prêter des salles municipales : Des cahiers de doléances avaient déjà été ouverts dans près de 200 communes d'Indre-et-Loire, avant le lancement du grand débat. Beaucoup d'élus locaux ont estimés que c'était suffisant. 

Il faut aussi souligner que les tourangeaux ont été assez actifs en terme de contributions déposées sur le site internet du grand débat. Il y a eu, en Indre-et-Loire, environ 6 contributions pour 1 000 habitants, ce qui est un niveau situé dans la moyenne haute des autres départements.

Une vingtaine de conférences citoyennes régionales vont maintenant être organisées pour que des français tirés au sort, et représentatifs de la diversité sociologique du pays puissent formuler des propositions, à partir des échanges qui ont eu lieu dans les débats. La conférence citoyenne qui concerne notre région se déroule à Orléans, à partir de vendredi après-midi et jusqu'à demain soir. Plusieurs tourangeaux ont accepté d'y participer.