Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Situation d'urgence aux urgences de Clermont-Ferrand

lundi 12 mars 2018 à 21:55 Par Olivier Vidal, France Bleu Pays d'Auvergne

Ces derniers mois l'affluence est très élevée au service des urgences de l'hôpital de Montpied à Clermont-Ferrand. Le personnel soignant arrive lui aussi à saturation. Ce lundi, une réunion de crise a été organisée avec l'ensemble des acteurs.

L'entrée des urgences au CHU Montpied
L'entrée des urgences au CHU Montpied © Radio France - Olivier Vidal

Clermont-Ferrand, France

Ce n'est pas nouveau mais ces derniers jours l'affluence a été plus forte que d'habitude. Des patients conduits en grand nombre aux urgences de Montpied et des services débordés. Si bien que l'attente s'allonge pour ces patients finissant par s'éverner et s'en prendre au personnel soignant. C'est ce qui est arrivé la semaine dernière,  un soir dans ce service de l'hôpital. "Un patient ne comprenait pas que sa situation ne soit pas examinée rapidement, il s'en est alors pris au personnel" relate Bruno Lassalle, secrétaire départemental de l'UNSA Santé.

"La médecine de ville ne remplit plus complètement son rôle" 

Pourquoi une telle affluence ? "Notamment parce que la médecine de ville ne fait plus son travail, à partir d'une certaine heure le soir par exemple. Du coup, la solution de facilité pour les patients c'est de venir aux urgences. Beaucoup pour de la 'bobologie', seuls 30% sont hospitalisés" constate le délégué syndical. Et évidement cela pose de nombreux problèmes.

En premier lieu pour les patients qui doivent attendre parce qu'il n'y a pas assez de lits disponibles pour les hospitaliser ou pas assez de personnels pour les examiner. Cela pose aussi un gros problème de "perte de temps" pour les pompiers puisqu'ils doivent attendre, la prise en charge de leur patient avant de pouvoir quitter les urgences. Enfin pour le personnel qui ne compte plus ses heures et qui doit faire face, de plus en plus souvent, à l'agressivité des patients.

Les urgences du CHU Montpied  - Radio France
Les urgences du CHU Montpied © Radio France - Olivier Vidal

Face à cette situation, la direction a décidé l'ouverture d'une structure à l'unité Louise Michel avec 14 lits. Insuffisant pour les syndicats. Il y a aujourd'hui 56.000 passages aux urgences chaque année à Clermont, c'est deux fois plus qu'il y a 25 ans. Le système a du mal à s'adapter.

La direction, elle, rétorque dans un communiqué adressé à la presse ce lundi, que "le service public a fait face" et notamment lorsque le pic de fréquentation a été atteint lundi dernier. Ce jour-là, le service enregistrait 196 passages aux urgences adultes et 103 aux urgences pédiatriques, soit près de 300 personnes en quelques heures. La Direction générale du CHU affirme avoir mis en oeuvre une série de mesures, augmentant notamment la capacité d’hospitalisation pour créer des lits d’aval des urgences et faire face au pic de l’épisode grippal.

Le service public fait face" selon la direction générale du CHU

Toujours dans ce communiqué la direction précise que depuis cinq ans, le CHU a travaillé sur différents axes : l'installation d’un scanner dédié pour minimiser les délais d’attente, le renforcement des moyens d’accueil et d’orientation infirmiers et de prise en charge non-médicale, la mise en place d’une troisième garde complète de nuit les weekends et puis fin 2017, la création d’un service médico-chirurgical en lien avec les urgences (28 lits). Elle précise que la cellule de crise "hôpital en tension" se réunit quotidiennement pour évaluer la situation et proposer les solutions les plus opérationnelles.