Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Ile-de-France : 1.200 places d'hébergement d'urgence supplémentaires pour les migrants

mercredi 12 septembre 2018 à 7:43 Par Martine Bréson, France Bleu Paris et France Bleu

L'Etat va créer d'ici fin septembre 2018, 1.200 places d'hébergement d'urgence supplémentaires pour migrants en Ile-de-France : c'est ce qu'a indiqué mardi la préfecture de région. Cette mesure a été prise pour éviter la reconstitution de campements, précise la préfecture.

Migrants dans la rue à Paris
Migrants dans la rue à Paris © Radio France - Faustine Calmel

Paris, Île-de-France, France

De nouvelles places d'hébergement d'urgence pour migrants vont être ouvertes en Ile-de-France d'ici la fin du mois de septembre 2018, a-t-on appris mardi auprès de la préfecture de région. Il devrait y avoir 1.200 places supplémentaires. Ces hébergements temporaires sont destinés aux migrants qui sont à la rue et qui sont pris en charge quand il y a des opérations de mise à l'abri.

Il s'agit d'éviter la reconstitution de campements dans la capitale.  

En Ile-de-France il y aura donc en tout 9.131 places pour les migrants. 

"L'idée est de proposer un hébergement digne et de les orienter vers des centres en dur", a précisé Antoine Troussard, chef-adjoint de cabinet à la préfecture de région. Il a rappelé qu'"entre 380 et 400 personnes sont prises en charge par semaine" à Paris lors d'opérations de ce type.

Les places seront créées dans des centres "de 80 à 100 places en moyenne", dans des bâtiments existants. Ces nouvelles places permettront de fermer au fur et à mesure les gymnases qui avaient été réquisitionnés pendant l'été pour héberger les migrants. En tout, ce sont onze gymnases qui avaient été ouverts dans la région. Huit étaient encore utilisés mi-septembre.

L'Etat ne souhaite pas recréer un centre de premier accueil qui concentrerait toutes les arrivées, rappelle Antoine Troussard.