Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Île-de-France : 34 associations saisissent la défenseure des droits sur la situation des exilés sans-abri

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Trente-quatre associations et collectifs citoyens annoncent saisir la défenseure des droits pour dénoncer la situation des personnes exilées et sans-abri en Île-de-France. Ils réclament un vrai système de prise en charge pour un meilleur accueil de ces hommes et femmes.

Campement de migrants à Aubervilliers
Campement de migrants à Aubervilliers © Radio France - Rémi Brancato

Trente-quatre associations et collectifs citoyens ont saisi la défenseure des droits à propos de la dégradation de la situation des personnes exilées sans-abri en Île-de-France. Ils l'annoncent dans un communiqué publié ce jeudi 7 janvier 2021.   

60.000 personnes prises en charge en 5 ans

Ces ONG, parmi lesquelles Médecins du monde, la Ligue des droits de l'homme, Médecins sans frontières ou encore Emmaüs France, dénoncent auprès de Claire Hédon, _"des campements qui se succèdent dans des conditions sanitaires et humanitaires toujours plus inquiétantes".  Selon ces associations et collectifs, en cinq ans, 60.000 personnes ont dû être prises en charge à Paris, Aubervilliers et Saint-Denis, dont certaines à plusieurs reprises. Les 34 associations réclament "un vrai système de premier accueil et de prise en charge des personnes exilées", et souhaitent "éviter la reconstitution des campements à Paris et dans toute l’Île-de-France_".  

"Sous-dimensionnement des dispositifs"

Cette saisie intervient après l'évacuation forcée de plusieurs centaines de migrants par les forces de l'ordre, place de la République à Paris fin novembre, une semaine après le démantèlement d'un campement d'environ 3.000 migrants à Saint-Denis. Les ONG signataires pointent du doigt le "sous-dimensionnement de l'ensemble des dispositifs dédiés à la prise en charge et l'accompagnement des personnes présentes sur ces campements", et la "situation d'atteinte aux droits des personnes", selon elles, essentiellement concernées par le droit d'asile.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess