Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
DIRECT - Grève du 5 décembre : plus de 510.000 manifestants dans près de 70 villes
Société

Île-de-France : des maisons solidaires pour les sans-abri du métro parisien

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Deux maisons solidaires vont s'ouvrir ces prochains jours en région parisienne pour accueillir les sans-abri qui dorment dans le métro parisien, a annoncé la région Ile-de-France ce lundi. Situées à Clichy-la-Garenne et à Issy-les-Moulineaux dans le 92, 140 personnes pourront être accueillies.

Tous les acteurs étaient réunis ce lundi à la région pour présenter ce projet de maisons solidaires.
Tous les acteurs étaient réunis ce lundi à la région pour présenter ce projet de maisons solidaires. © Radio France - Alexandre Frémont

Île-de-France, France

La région Île-de-France va mettre en place des maisons région solidaires pour les sans-abri du métro dans les prochaines jours a annoncé la présidente Valérie Pécresse ce lundi, depuis le siège à saint-Ouen. Deux vont être implantés à Clichy-la-Garenne et à Issy-les-Moulineaux, dans les Hauts de Seine, avec au total 140 places qui seront à la disposition de ces sans-abris

C'est lors de sa maraude annuelle dans le métro que la présidente a constaté que le nombre de SDF devenait trop important. "Je pense que nos dispositifs de solidarité ne sont pas assez puissants", dit Valérie Pécresse, qui a donc démarché plusieurs maire d'Île-de-France pour savoir qui avait la place d'accueillir ces personnes. Seuls pour le moment les maires de Clichy-la-Garenne et d'Issy-les-Moulineaux ont répondu positivement. "Je lance donc un appel aux candidats à la mairie de Paris pour qu'ils s'intègrent au projet", lance en fin de présentation la présidente de région. L'actuelle municipalité, malgré les propositions de plusieurs maires d'arrondissement, refusent pour le moment de mettre à disposition des locaux pour ces sans-abris, "qui ne veulent pas aller loin de là où ils ont un ancrage, chez eux, dans différents coins de Paris", concluait Valérie Pécresse. 

Près de 120 places à Clichy et 25 à Issy

"Clichy a toujours eu cette vocation de ville solidaire, pour les gens qui recherchent des petits boulots ou même du boulot en général. Ça fonctionne bien chez nous, alors il n'y avait aucune raison que nous, on ne puisse pas le faire", estime Rémi Muzeau le maire de Clichy. Il met donc à disposition près de 120 places dans un bâtiment qui appartenait à l'État, vide puis plus de dix ans. Un bâtiment qui a depuis été utilisé pour accueillir des migrants. L'intégration et le suivis de ces sans-abris est piloté par la Croix-Rouge d'Île-de-France, qui pourra leur  proposer des activités sociales et de réinsertion. Si certains ont besoin de soins, la CASH, le Centre d'accueil et de soins hospitaliers de Nanterre prendra le relais pour s'en occuper. C'est donc une collaboration de plusieurs acteurs pour une meilleure intégration des SDF du métro parisiens. La mairie de Clichy prévoit donc une mise à disposition des lieux le plus rapidement possible et de manière progressive.

À Issy-les-Moulineaux, le maire André Santini met à disposition 25 places, dans un immeuble HLM proche de la gare RER d'Issy. Il prévoit également la mise en place de chantier d'insertion pour ces personnes, en installant un potager bio partagé afin de faire du circuit court. Une manière de trouver du travail plus rapidement pour les sans-abris. Les places seront disponibles à partir du 27 novembre progressivement.

Plus de 300 sans-abri en moyenne dorment dans le métro chaque nuit

Selon une étude menée l'an dernier sur six mois, entre décembre 2018 et juillet 2019 par la RATP et présentée ce lundi au siège de la région, près de 300 personnes dorment dans le métro parisien en moyenne chaque nuit. On constate que la plupart sont des hommes, 30 % d'entre eux sont âgés de 35 à 44 ans en moyenne et 1/3 n'ont aucun revenu de déclaré. 

L'idée reçue qui dit que tous les SDF du métro sont alcoolisés se révèle fausse. Parmi les hommes sans-abris rencontrés, 30 % déclarent ne jamais boire d'alcool et 2 sur 10 estiment avoir une forte alcoolisation quotidienne.

Cette étude montre finalement que ces sans-abris sont âgés, pas souvent en bonne santé et sont très ancrés sur leur lieu de vie. Ils choisissent de rester dormir dans un arrêt de métro parce qu'ils connaissent l'environnement. Pour eux, le métro est un refuge et a une place prépondérante dans leurs habitudes de vie.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu