Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus - Île-de-France : des masques gratuits pour les lycéens et les associations caritatives

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Valérie Pécresse, la présidente de la région Ile-de-France annonce mercredi qu'elle distribuera des masques à tous les lycéens à la rentrée ainsi qu'aux associations caritatives partenaires de la région.

Le port du masque est obligatoire dans les lieux publics clos depuis le 20 juillet
Le port du masque est obligatoire dans les lieux publics clos depuis le 20 juillet © Radio France - Aurélie Lagain

Deux masques en tissu gratuits pour chaque lycéen francilien à la rentrée. Valérie Pécresse, la présidente de la région Ile-de-France a annoncé mercredi qu'elle allait en distribuer aux 500.000 lycéens de la région, ainsi qu'aux associations caritatives. 

"Cela fait un gros budget pour les familles de devoir acheter des masques tous les jours (...) C'est pour ça que la région Ile-de-France va assurer la gratuité des masques pour toutes les associations caritatives qui sont partenaires de la région", a expliqué Valérie Pécresse sur France 2. 

Pas de masques gratuits pour tout le monde

Cette annonce intervient au lendemain des déclarations d'Emmanuel Macron. Le président de la République estime que le contribuable français n'a "pas vocation à payer des masques" pour tout le monde. Depuis que le port du masque est devenu obligatoire dans les lieux publics clos, des voix s'élèvent pour réclamer la gratuité. Refus donc de la part du chef de l'Etat qui estime que cela doit rester une "politique sociale". Ceux qui n'ont pas les moyens d'en acheter seront "aidés".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess