Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société
Dossier : Attaque à la préfecture de police de Paris

Ile-de-France : deux policiers soupçonnés de radicalisation ont été privés de leur arme

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Deux policiers ont été désarmés cette semaine en Ile-de-France. Ils sont soupçonnés de radicalisation. Ils travaillaient à Paris et à Villeneuve-la-Garenne (Hauts-de-Seine). L'IGPN va faire une enquête. La préfecture de police de Paris a demandé la suspension de l'un d'entre eux.

Deux policiers soupçonnés de radicalisation ont été désarmés en Ile-de-France
Deux policiers soupçonnés de radicalisation ont été désarmés en Ile-de-France © Radio France - Pierre-Antoine Lefort

Paris, Île-de-France, France

Dans une note rédigée après l'attaque meurtrière de la préfecture de police de Paris, Didier Lallement, avait demandé à ses collaborateurs de "signaler immédiatement et directement à leur hiérarchie toute détection de signes d'une possible radicalisation d’un agent".

Cela a été fait. Deux policiers soupçonnés de radicalisation ont été privés de leur arme cette semaine en Ile-de-France. Ils avaient fait l'objet d'un signalement, indique une source proche du dossier à nos confrères de France Info. 

Ces policiers étaient en poste à Paris et à Villeneuve-la-Garenne (Hauts-de-Seine). Ces mesures ont été prises à titre conservatoire. 

Le policier en poste à Villeneuve-la-Garenne avait été révoqué en 2018 pour des soupçons de radicalisation. Il avait contesté cette sanction. Le tribunal administratif lui avait donné raison et il avait pu réintégrer la police en 2019.

Le deuxième policier désarmé est capitaine dans un service de police judiciaire parisienne. La préfecture de police a demandé sa suspension. Elle sera examinée à son retour d'arrêt maladie.

Choix de la station

France Bleu