Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Ile de France : la Région en guerre contre les "marchands de sommeil"

mardi 5 septembre 2017 à 17:55 Par Sylvie Charbonnier, France Bleu Paris

La Région Ile de France n'en peut plus des "marchands de sommeil" qui prospèrent, depuis plusieurs années, des propriétaires véreux qui divisent en petits logements insalubres leurs pavillons de banlieue, pour s'enrichir sur la misère de locataires en difficulté : 20 millions d'euros débloqués.

maison d'un marchand de sommeil condamné à Aubervilliers
maison d'un marchand de sommeil condamné à Aubervilliers © Radio France - Sylvie Charbonnier

Île-de-France, France

La Région Ile de France se dote de nouveaux moyens pour lutter contre les "marchands de sommeil", qui prospèrent, depuis quelques années. Un rapport vient d'être rendu public, un texte signé par le président de l'Etablissement public foncier d'Ile de France, l'EPFIF, Geoffroy Didier, également vice-président de la Région Ile de France, en charge du logement et de la politique de la ville.

D'après ce rapport, 180.000 logements privés, en Ile de France, seraient des logements indignes : des pavillons de banlieue, divisés en petits logements ou en chambres, souvent insalubres, sans fenêtre, sans sanitaire. Une manière, pour les propriétaires véreux, de s'enrichir sur la misère. Dans un pavillon de 70 mètres carrés, divisé, peuvent s'entasser des dizaines de personnes, des familles en difficulté, des travailleurs pauvres, des mères isolés ou des sans-papier. Quelques mètres carrés insalubres peuvent se louer autour de 600 euros par mois. En Seine Saint Denis, une maison sur cent aurait été divisée, en l'espace de dix ans, entre 2003 et 2013 et le phénomène ne cesse de progresser. La Région a donc décidé de mettre le hola : parmi les 12 recommandations du rapport : l'expropriation des marchands de sommeil, la confiscation de leur bien, en cas de condamnation et le rachat de la maison pour en faire des logements sociaux.

Les marchands de sommeil dans le collimateur

Outre la longueur des procédures, l'une des difficultés, dans cette affaire, est de pouvoir repérer ces logements indignes : les locataires, exclus du marché classique du logement, n'osent pas dénoncer leur propriétaire, de peur, tout simplement, de se retrouver à la rue. Jean Baptiste Eyraud, porte-parole du DAL (Droit au Logement) réclame une meilleure protection de ces locataires.

Jean Baptiste Eyraud porte-parole du DAL

inspection d'un soupirail à Aubervilliers - Radio France
inspection d'un soupirail à Aubervilliers © Radio France - Sylvie Charbonnier

On repère parfois des caves louées abusivement, aux rideaux sur les soupiraux.

reportage à Aubervilliers

D'après la Direction Régionale interdépartementale pour l'hébergement et le logement, la Drihl, la découpe de pavillons, en Seine-Saint-Denis, aurait augmenté de 5% sur la période 2007-2013, comparé à la période 2003-2009 et dans le département, une maison sur cent aurait été divisée. La sénatrice PS de Seine Saint Denis, Evelyne Yonnet, a présenté, une proposition de loi pour lutter contre les marchands de sommeil et l'habitat indigne : parmi les six articles de sa proposition : des sous-préfets dédiés, un fonds d'intervention pour racheter les maisons réquisitionnées ou des peines plus lourdes contre les marchands de sommeil.

Evelyne Yonnet, sénatrice PS de Seine-Saint-Denis - Radio France
Evelyne Yonnet, sénatrice PS de Seine-Saint-Denis © Radio France - sylvie charbonnier