Société

Ile-de-France : près de 10% des lycéennes ont déjà eu recours à une IVG

Par Martine Bréson, France Bleu Paris jeudi 8 septembre 2016 à 15:57

Les jeunes filles ont des comportements à risque
Les jeunes filles ont des comportements à risque © Maxppp - Guillaume BONNEFONT

Pour la Journée Mondiale de la Contraception qui aura lieu le 26 septembre 2016, la SMEREP (sécu étudiante et mutuelle) publie une enquête sur le comportement à risque des jeunes filles. En Ile-de-France, près de10% des lycéennes ont déjà eu une IVG, 31% ont déjà pris la pilule du lendemain.

La SMEREP, sécurité sociale étudiante et mutuelle, s'inquiète du comportement à risque des jeunes filles, lycéennes et étudiantes. Elle publie une étude à l'occasion de la Journée Mondiale de la Contraception qui a lieu de 26 septembre 2016. Cette enquête montre que ces jeunes filles ont encore souvent recours à la contraception d'urgence ou à l'interruption volontaire de grossesse.

En Ile-de-France, 10% des lycéennes ont déjà eu recours à une IVG

En Île-de-France, les lycéennes et les étudiantes prennent plus de risques que dans le reste de la France. Près de 10% ont déjà pratiqué une IVG (6% au niveau national) et 31% ont pris la pilule du lendemain (20% au niveau national). Les étudiantes sont 5% à avoir eu une IVG, 1% l'ont fait trois fois.

Les jeunes filles ont des comportements à risque

Plus d'une étudiante sur trois, d'après l'étude de la SMEREP, ne prend pas de pilule contraceptive. Elles expliquent que la pilule leur pose des problèmes de santé (16%) ou elles disent ne pas lui faire confiance (10%). Nombreuses sont celles qui affirment se protéger d'une autre façon. Près de 87% indique utiliser le préservatif pour éviter une grossesse.

Mais voilà, l'étude indique que 70% de ces jeunes filles ne pensent pas systématiquement au préservatif lors d'une relation sexuelle. Résultat : 42% des étudiantes (20% des lycéennes) ayant déjà eu un rapport sexuel ont déjà utilisé au moins une fois la pilule du lendemain; 10% y ont eu recours trois fois (7% des lycéennes y ont eu recours deux fois) et 3% plus de cinq fois (2% chez les lycéennes).

Quant aux IVG, au niveau national 6% des lycéennes (5% chez les étudiantes) ont déjà eu recours à une interruption volontaire de grossesse et certaines l'ont fait deux fois.