Société

Ile-de-France : rush sur les marchés pour le repas du nouvel an

Par Marion Aquilina, France Bleu Paris mercredi 30 décembre 2015 à 19:51

Les homards frais se vendent comme des petits pains au marché de Charonne.
Les homards frais se vendent comme des petits pains au marché de Charonne. © Radio France - Marion Aquilina

L'heure est aux derniers préparatifs avant le dîner du 31 décembre ce mercredi. Sur les marchés parisiens, c'est la course pour tout acheter : foie gras, volaille et plateau de fruits de mer.

Une semaine après Noël, on ressort la rallonge. C'est reparti pour un dîner avec une dizaine ou une vingtaine de convives pour fêter le passage de la nouvelle année. Après avoir composé le menu, les parisiens sont allés faire leurs courses ce mercredi pour le repas du 31 décembre. La plupart savent ce qu'ils veulent en arrivant au marché.

Panier moyen de fruits de mer : 35-40€

Beaucoup arrivent avec leur liste de course. Au marché de Charonne, Marcel s'est précipité chez le volailler pour acheter une oie parce que "c'est gros et on sera une douzaine donc il faut quelque chose de consistant!" Cinq minutes après, Bernard et sa femme ont aussi acheté une oie. Ils avaient peur qu'il n'y en ait plus : "C'est meilleur que le chapon mais le problème c'est qu'à la cuisson ça rend énormément de graisse. On a des souvenirs d'inondation de la cuisine après avoir cuisiné une oie."

Grégoire a vidé l'oie et a laissé le cou pour les clients au marché de Charonne. - Radio France
Grégoire a vidé l'oie et a laissé le cou pour les clients au marché de Charonne. © Radio France - Marion Aquilina

L'oie est commandée et derrière l'étal, Grégoire est en train de la préparer. "Je vide l'oie et après pour les clients je prépare les abats, le cœur, le foie, le gésier et je leur laisse un peu de graisse pour la cuisson. En général, les clients savent déjà ce qu'ils veulent et selon le nombre de personnes qu'ils invitent on leur conseille le poids de la volaille à prendre." Un beau chapon peut ainsi nourrir sept à huit personnes.

À côté chez le poissonnier, les vendeurs courent dans tous les sens. Jacky a passé la matinée à vendre des bourriches d'huîtres : "80% des gens sont des clients fidèles et ils savent très bien ce qu'ils veulent. Certains viennent à six heures du matin et ils nous demandent 200 g de crevettes roses, 400 g de bulots... Tout a déjà été décidé." B**ilan à la fin du marché : des huîtres, des crevettes et des bulots pour l'apéritif pour 30€, et une oie pour le plat à 70€**. Bernard et sa femme auront dépensé 100€ au marché de Charonne pour le repas du réveillon.