Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Ille-et-Vilaine : de nouveaux locaux pour héberger les mineurs étrangers isolés

mardi 26 juin 2018 à 18:30 Par Morgane Heuclin-Reffait, France Bleu Armorique

Face à l'afflux de mineurs étrangers isolés, le département d'Ille-et-Vilaine a réquisitionné de nouveaux locaux pour accueillir ces jeunes. Dès lundi prochain, 24 d'entre eux seront hébergés à Sens-de-Bretagne. 12 autres arriveront par ailleurs à Saint-Georges-de-Reintembault d'ici mi-juillet.

Les anciens logements des gendarmes de Sens-de-Bretagne vont accueillir 24 mineurs étrangers isolés
Les anciens logements des gendarmes de Sens-de-Bretagne vont accueillir 24 mineurs étrangers isolés © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

Sens-de-Bretagne, France

Ils sont 500 à être accompagnés par la mission de protection de l'enfance départementale d'Ille-et-Vilaine. Âgés en majorité de 15 ou 16 ans, venant d'Afghanistan ou encore du Mali, les mineurs isolés nécessitent un accompagnement particulier une fois sur le territoire français. "Il est de notre devoir et de notre obligation de les accueillir", indique Véra Briand, vice-présidente en charge de la protection de l'enfance au département. 

Après avoir réquisitionné l'ancienne caserne Guillaudot à Rennes en août 2017 pour héberger une centaine de mineurs isolés, ce sont les anciens logements des gendarmes de Sens-de-Bretagne qui vont accueillir 24 jeunes dès lundi 2 juillet, pour une durée d'environ six mois. "On va prendre ce temps pour évaluer leur situation scolaire et leur orientation professionnelle éventuelle", explique Véra Briand. 

Aider les mineurs isolés à s'intégrer

Quatre travailleurs sociaux et un vigile de nuit seront également sur place. C'est Les Enfants de Rochebonne, une fondation de l'Armée du Salut, qui va gérer le lieu après avoir remporté l'appel à projet. "L'accompagnement s'entend aussi au niveau des animations proposées aux jeunes, indique Claire Oberthur, directrice des Enfants de Rochebonne._Tout ce qui leur sera proposé doit permettre de travailler avec eux leur intégration dans la société française_".

La vie de la commune devrait aussi permettre de nouer des liens avec le reste des habitants. Le maire Yves Colombel aurait préféré que l'ancienne gendarmerie soit transformée en logements sociaux "afin d'avoir des habitants sur le long terme", mais il espère que les migrants vont s'intégrer à la vie associative : "on a de nombreux clubs sportifs, des associations culturels... Ce qu'on nous dit, c'est que ce sont des jeunes très volontaires et dans l'attente de formation". Plusieurs habitants se sont par ailleurs proposés pour aider la structure de l'Armée du Salut qui gère le lieu.