Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Ille-et-Vilaine : un couple et ses deux enfants expulsés juste avant la trêve hivernale

-
Par , France Bleu Armorique, France Bleu

Johanna, Sylvain et leurs deux enfants ont été expulsés de leur logement HLM à Saint-Malon-sur-Mel jeudi 24 octobre. Le couple s'estimait en règle, le bailleur explique que les loyers n'étaient pas payés. Ils se retrouvent à dormir dans un camping-car.

Johanna et Sylvain habitaient avec leurs deux enfants depuis 11 ans dans ce logement HLM
Johanna et Sylvain habitaient avec leurs deux enfants depuis 11 ans dans ce logement HLM © Radio France - Maxime Bossonney

Saint-Malon-sur-Mel, France

Les associations d'aide et de droit aux logements sont inquiètes en cette période de l'année, car les expulsions se multiplient avant la trêve hivernale.

Johanna et Sylvain en ont fait l'expérience. Ce jeudi 24 octobre, un peu avant 08h00 du matin, alors que Sylvain était seul dans son logement HLM de Saint-Malon-sur-Mel, il a vu devant chez lui une dizaine de gendarmes et un huissier, lui demandant de quitter le logement. "On a eu aucune solution proposée pour nous reloger, aucune option nous a été présenté. Même un gendarme était choqué" explique Sylvain. "Heureusement les enfants n'étaient pas à la maison à ce moment-là" précise-t-il.

En quelques heures, le couple a été obligé de déménager de leur maison de 80 m2 ; ils y habitaient depuis 11 ans. Désormais les enfants, de 14 et 15 ans vivent chez leurs grands-parents, et le couple dans un camping-car, dans le jardin boueux. "Il fait froid, c'est exiguë" nous montre Sylvain. "On n'arrive pas à expliquer aux enfants la situation, ils ne comprennent pas pourquoi ils n'ont plus leur chambre" ajoute-t-il. 

C'est dans ce camping-car, dans le jardin des grands-parents, que le couple a trouvé refuge - Radio France
C'est dans ce camping-car, dans le jardin des grands-parents, que le couple a trouvé refuge © Radio France - Maxime Bossonney
"La chambre" actuelle du couple, une situation précaire avec l'hiver qui arrivé - Radio France
"La chambre" actuelle du couple, une situation précaire avec l'hiver qui arrivé © Radio France - Maxime Bossonney

De plus, le couple ne vit seulement qu'avec la pension d'invalidité de Sylvain, qui ne s'élève qu'à 450 euros. Alors pourquoi avoir été expulsé de la sorte ? "Je l'ai appris par l'assistante sociale qu'on était sous le coup d'une expulsion" souligne Sylvain, "On s’était un peu préparé mais on ne pensait pas que ce serait avant l'hiver." 

"On a tout fait pour ne pas se retrouver dans cette situation !"

Ils se disent en règle et ne comprennent pas : "quand on avait le bailleur social au téléphone on nous disait que tout allait bien" dit Johanna. Le bailleur social justement, Neotoa, que nous avons contacté, explique que le couple faisait l'objet d'un recouvrement de dette depuis plusieurs années. La dette, qui s'élevait à 4 000 euros, a été effacée au début de l'été 2019, mais en contrepartie, la famille s'était engagée à payer correctement et en heure les loyer suivants, ce qui n'a pas été fait selon Neotoa. "On a toujours tout payé, nous étions en dans les clous, en règle" se défend le couple. "On a tout fait pour ne pas se retrouver dans cette situation !"

Le couple a eu très peu de temps pour quitter la maison - Radio France
Le couple a eu très peu de temps pour quitter la maison © Radio France - Maxime Bossonney

Sylvain et Johanna ne baissent pas les bras, ils espèrent, avec l'aide des associations, trouver un logement avant Noël. "Ils auraient pu au moins nous laisser la trêve hivernale pour nous retourner et faire les démarches nécessaires" se désole Johanna.
Sylvain lui est un peu plus pessimiste : "Nous ne sommes pas des malfaiteurs, juste des gens sans beaucoup de moyens. Mais quand on se bat, à la fin, on ne gagne jamais."

Choix de la station

France Bleu