Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Illettrisme : ils témoignent de leur situation

lundi 12 septembre 2016 à 6:00 Par Julien Morin, France Bleu Isère

En Isère, 47.000 personnes entre 16 et 65 ans sont concernées par l'illetrisme. En France, 7% de la population a des difficultés au quotidien pour lire ou écrire. Le problème reste tabou, on ose pas en parler... et pourtant, trois isérois en situation d'illettrisme ont accepté de se raconter.

Apprenants et bénévoles de l'association Lefop réunis au Jardin de Ville de Grenoble
Apprenants et bénévoles de l'association Lefop réunis au Jardin de Ville de Grenoble © Radio France - Julien Morin

Grenoble, France

Ils ont eu une scolarité difficile, ils sont originaires d'autres pays ou ont grandi avec des parents ne parlant et n'écrivant pas le Français, ou encore ils sont atteint de dysorthographie (trouble de l'acquisition de l'orthographe) et ont un point commun : adultes, ils maîtrisent mal l'écriture et/ou la lecture. En France, 7% de la population est concerné : en Isère ils sont 47.000.

Apprendre ou réapprendre les savoirs de base

En Isère, plusieurs associations proposent un accompagnement des personnes en situation d'illettrisme. C'est le cas de Lefop (Lieu d'étude et de formation personnalisée) et de ses bénévoles. L'objectif de Lefop : apprendre ou réapprendre les savoirs de base à ceux qu'ils appellent les "'apprenants", les accompagner pour favoriser les mettre en confiance dans leur vie de tous les jours.

Car l'illettrisme reste un sujet tabou, peu osent en parler, beaucoup le cachent autour d'eux. Trois apprenants de Lefop, ambassadeurs de l'association, ont accepté de témoigner.