Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

"Ils ne décapiteront pas la République" : 1.500 personnes à Lille en hommage à Samuel Paty

-
Par , France Bleu Nord

La place de la République était noire de monde, dimanche à 15h à Lille, en hommage au professeur d'histoire-géo assassiné vendredi à Conflans-Sainte-Honorine. Beaucoup d'enseignants, de parents et d'élèves sont venus défendre la liberté d'expression.

La place de la République était noire de monde, dimanche, à 15h à Lille.
La place de la République était noire de monde, dimanche, à 15h à Lille. © Radio France - Marie-Jeanne Delepaul

"J'ai hésité longtemps avant de savoir quoi écrire sur ma pancarte", souffle Thomas, professeur de français dans la métropole lilloise. Il a finalement choisi "Prof = passeur de lumière" pour résumer sa pensée, la lutte contre l'obscurantisme, lors de l'hommage dimanche après-midi à Samuel Paty.

Cet enseignant d'histoire-géographie a été tué par un terroriste islamiste vendredi à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines). 1500 personnes se sont rassemblées sur la place de la République de Lille, noire de monde.

Pour Thomas, professeur de français, l'enseignant doit lutter contre les obscurantismes.
Pour Thomas, professeur de français, l'enseignant doit lutter contre les obscurantismes. © Radio France - Marie-Jeanne Delepaul

"Même en maternelle, on est touchés par l'islamisme radical"

Dans la foule, énormément d'enseignants sont venus témoigner de leur effroi après cet attentat. Plusieurs reconnaissent un "malaise" dans l'Education nationale, comme Virginie, enseignante en maternelle à Roubaix : "On a tous conscience que de jour en jour on peut faire de moins en moins de choses. Vendredi, notre première réaction a été de se dire : "Pourquoi il a montré ces caricatures, pourquoi il s'est mis en danger ?" Ce n'est pas normal, heureusement qu'il a fait ça !"

1.500 personnes se rassemblent à Lille sur la place de la République pour rendre hommage à Samuel, le professeur d'histoire-géographie, décapité vendredi par un extrémiste musulman.
1.500 personnes se rassemblent à Lille sur la place de la République pour rendre hommage à Samuel, le professeur d'histoire-géographie, décapité vendredi par un extrémiste musulman. © Radio France - FRANCOIS CORTADE

ECOUTEZ - Virginie, enseignante en maternelle à Roubaix

Virginie déplore que "même en maternelle, on est touchés par la violence et l'islamisme radical parfois ; quand un enfant de cinq ans dit à son copain qu'il ne peut pas adorer tel jouet parce qu'on n'adore que Dieu, il y a un problème."

Un autre enseignant raconte : "On est venus témoigner notre solidarité pour notre collègue, qui faisait son boulot et le faisait bien, puisqu'il débattait avec ses élèves." Anne-Frédérique conclut : "On était déjà descendus en famille le 11 janvier 2015, après les attentats de Charlie Hebdo, je pense que c'est important de se rassembler, se mélanger et rire !"

ECOUTEZ - Le reportage France Bleu Nord

Choix de la station

À venir dansDanssecondess