Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Ils ont choisi de devenir Français : Edyta, Rajae, Ali, Guy et Lukasz en sont très fiers

-
Par , France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

Chaque année, près de 80000 personnes acquièrent la nationalité française par naturalisation. Régulièrement, des cérémonies sont organisées pour leur remettre leur décret de naturalisation. C'était le cas aux Andelys où elles ont reçu le document officiel des mains de la sous-préfète.

Rajae et Ali Guerrida, avec leur décret de naturalisation, sont très fiers d'être Français même si le parcours a été long
Rajae et Ali Guerrida, avec leur décret de naturalisation, sont très fiers d'être Français même si le parcours a été long © Radio France - Laurent Philippot

Les Andelys, France

Le canapé et les fauteuils blancs ont été poussés dans une pièce contiguë, c'est dans le salon de la résidence préfectorale que la sous-préfète, Virginie Sené-Rouquier, accueille les nouveaux citoyens. Le parquet craque un peu, il n'y a pas de feu dans la cheminée, les symboles de la République sont là : un buste de Marianne posé sur un socle, le drapeau tricolore et un portrait d'Emmanuel Macron. Le moment est solennel, l'émotion et l'impatience sont au rendez-vous. Pour l'évènement, des collégiens du collège Cervantès de Vernon et des élèves de l'EPIDE de Val-de-Reuil ont été conviés à la cérémonie qui débute par un film d'une petite dizaine de minutes "Devenir Français". Justement pourquoi choisit-on de devenir Français en 2019 ? 

Photo souvenir pour les nouveaux citoyens français dans les jardins de la résidence préfectorale  - Radio France
Photo souvenir pour les nouveaux citoyens français dans les jardins de la résidence préfectorale © Radio France - Laurent Philippot

Ils ont choisi de devenir Français - Reportage de Laurent Philippot lors de la remise des décrets de naturalisation à la sous-préfecture des Andelys

Devenir Français : une fierté et un honneur

"J'avais presque les larmes aux yeux" confie Guy Louzolo, 50 ans, son décret de naturalisation dans les mains. Arrivé en France du Congo-Brazzaville en 1983, Guy a été poussé par son père et sa femme à faire les démarches. Il a longtemps tardé mais aujourd'hui "c'est sublime !". Même sentiment de fierté pour Ali Guerrida "j'en ai la chair de poule" dit ce Tunisien qui a fait toutes ses études en France depuis la maternelle. 

Ca fait plaisir d'intégrer le pays même si je n'ai pas de gouttes de sang français qui coulent dans mes veines, je me sens français - Ali Guerrida

Avis partagé par Rajae, la femme d'Ali, qui affiche un très large sourire : "être française, je le suis déjà dans la vie de tous les jours, mais là ça le concrétise, dans le droit de vote, dans mes déplacements professionnels, pour moi, c'est énorme" explique la jeune femme d'origine marocaine qui a déjà pris rendez-vous avec son mari pour la délivrance d'une carte d'identité. Une fois reçue, le couple promet de célébrer ça avec la famille. 

Edyta Kordas veut, désormais française, s'impliquer plus dans la vie de sa commune. - Radio France
Edyta Kordas veut, désormais française, s'impliquer plus dans la vie de sa commune. © Radio France - Laurent Philippot

Edyta Kordas habite dans le Vexin normand depuis treize ans et la Française d'origine polonaise le dit "ça me manquait de décider de certaines choses, je ne peux pas voter pour amener quelque chose, pour proposer". Quand on lui rétorque que les citoyens de l'Union européenne peuvent déjà voter aux élections municipales, elle réplique "pas à ce niveau-là, maintenant je veux voter pour choisir tout là-haut, pour le Président !"

J'ai choisi la liberté, ici on a le droit de s'exprimer" - Edyta Kordas

La réponse de Edyta Kordas aux Français qui pensent qu'on ne peut plus rien dire, plus rien faire en France

"La littérature, les grands écrivains, le vin, c'est _la culture que j'aime_" explique son compatriote, Lukasz Przewlocki, installé en France depuis vingt ans. Après avoir travaillé à la section polonaise de RFI (qui n'existe plus), il a créé son entreprise d'exportation de vins à destination du marché polonais.

Un parcours de plusieurs années

"Il y a beaucoup de papiers à remplir, ça m'a pris trois ans, c'était difficile" détaille Edyta Kordas qui a quitté la Pologne il y a treize ans pour s'installer comme kiné à Gisors et à Étrépagny. Ali et Rajae Guerrida ont  eux mis plusieurs années à réunir les pièces qui constituent le dossier "on en est à quatre ou cinq tentatives car auparavant, il fallait que l'acte intégral de naissance ait trois mois de validité maximal, donc le temps de réunir les autres documents, il arrivait à péremption". Une fois le dossier déposé, ils ont attendu deux ans et trois mois pour être officiellement français

On a eu un kilo et demi de documents chacun, c'est pas rien ! " - Rajae Guerrida

Virginie Sené-Rouquier, la sous-préfète, le reconnaît, "c'est un processus qui est assez long. _Nous devons nous assurer que la personne est véritablement volontaire pour s'installer durablement en France_. il y a des entretiens pour comprendre leur motivation". Des entretiens en préfecture menés par des agents de l'Etat mais aussi par des agents de l'OFII, l'office français de l'immigration et de l'intégration.  L'entretien pour tester le niveau de français n'a été qu'une formalité pour Ali "on nous demande de citer deux ou trois présidents (il les a tous nommés depuis Georges Pompidou), des monuments connus, des régions françaises". La réforme des régions a été fatale à Ali, il a cité la Picardie et le Nord-Pas-de-Calais au lieu des Hauts-de-France. Pour sûr, beaucoup de Français de naissance se seraient aussi trompés. Chaque année,  dans l'Eure, environ 180 personnes acquièrent la nationalité française par naturalisation. Une nouvelle nationalité  qui leur donne à tous des droits et des devoirs. "Comme les Français, maintenant, je vais pouvoir râler" s'amuse Guy "et dire au maire, si tu fais pas un bon job, je ne vote pas pour toi !". Les candidats aux élections municipales de mars 2020 sont prévenus. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu