Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Mai-68

"Ils racontent mai 68 en Mayenne" | Épisode 5 - Un soldat manifestait à Mayenne car "il fallait montrer qu'on existait"

vendredi 4 mai 2018 à 4:04 Par Charlotte Coutard, France Bleu Mayenne

Suite de notre série sur France Bleu Mayenne : ce vendredi, le témoignage de Noël Bayer, 70 ans. En mai 68, il a 20 ans, jeune papa depuis le mois de janvier, il est en permission de l'armée, mobilisable à tout moment, mais il manifeste quand même pour plus de libertés.

Une manifestation des Gaullistes à Laval en mai 68.
Une manifestation des Gaullistes à Laval en mai 68. © Radio France - Photographe : Mr De Villentroy / Collection Jacques Perrin

Mayenne, France

68. En Mayenne, ce sont les ouvriers et les paysans qui ont lancé la lutte le 8 mai 1968 à Laval. Quelques centaines de manifestants défilent à Laval, dont une cinquantaine de paysans. Renazé rejoint également le mouvement le 8 mai, 300 ouvriers des ardoisières participent à un meeting. À Château-Gontier, 250 hospitaliers et employés des fromageries Perrault manifestent aussi.

Mayenne rejoint la lutte le 21 mai 1968

Jusqu'au 20 mai, la ville de Mayenne semble en marge de la mobilisation, sauf à la SNCF. Mais le 21 mai, des grèves sont signalées dans la fonction publique. Les PTT, les enseignants et la SNCF se mobilisent à Mayenne. Le 27 mai, la grève s'étend à l'imprimerie de Mayenne. Le 29 mai, 2 000 personnes participent à un meeting intersyndical à Mayenne.

Parmi les manifestant à Mayenne figure Noël Bayer, 70 ans aujourd'hui, 20 ans à l'époque, soldat de l'armée en permission à ce moment-là. Issu d'une famille modeste, jeune papa depuis le mois de janvier 1968, il rêve d'autre chose, de plus de libertés. Il nous raconte.

Noël Bayer, membre de l'association Copainville à Mayenne. - Radio France
Noël Bayer, membre de l'association Copainville à Mayenne. © Radio France - Charlotte Coutard

"Les gens sortaient dans la rue, moi j'ai défilé avec tout le monde, _il y avait un effet de masse_. Je ne voulais pas trop me montrer parce que j'étais en permission de l'armée. J'avais quitté l'armée fin janvier, mais je faisais encore parti de l'armée jusqu'à fin mai 1968. Je ne pouvais pas non plus me permettre trop de débordements, parce que je me serais retrouvé rappelé, peut-être en prison", explique Noël Bayer. 

Noël Bayer avait 20 ans en 1968.

"J"aurais pu être rappelé, ou me retrouver en prison".

"L'armée a été rappelée pour le maintien de l'ordre, pour faire des gardes de certains monuments. Je me rappelle qu'il y avait un relais de télévision sur Pré-en-Pail. Je ne tenais pas à garder cet endroit quoi".

"On était là, il fallait se montrer, faire voir qu'on existait".

"À Mayenne, on avait traversé la ville et on était arrivé jusqu'au parc du château. On était 300 ou 400 pour Mayenne, c'était quand même important. _Il n'était pas question de jeter des pavés sur Mayenne_, mais on était là quoi. Il fallait se montrer, faire voir qu'on existait".

"Je suis fier d'avoir eu 20 ans en 1968".

"Il est certain que mai 68 nous a apporté des libertés que l'on n'avait pas avant. Les jeunes voulaient vraiment mettre en coup de pied dans le fourmilière, parce qu'on se considérait comme des incompris, et puis il y avait des gens qui profitaient trop de nous. Mais _je suis fier d'avoir eu 20 ans en mai 68_".

Le reportage France Bleu Mayenne de Charlotte Coutard.

Finalement, Noël Bayer ne sera pas rappelé pour réprimer les manifestations. À partir du 4 juin, les grévistes reprennent progressivement le travail, après la signature des accords de Grenelle, avec notamment une hausse générale des salaires de 10%.

Tract pour la manifestation du 8 mai 1968 à Laval. - Radio France
Tract pour la manifestation du 8 mai 1968 à Laval. © Radio France - Document extrait du n°27 de l'Oribus.