Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Ils rendent hommage à leur ancêtre mort en 1918 et toujours sans sépulture

samedi 27 octobre 2018 à 18:09 Par Romain Chevalier, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

A quelques jours du centenaire de l'armistice de 1918, plusieurs Sottevillais ont rendu hommage à Henri Leboucher, un soldat normand mort au combat. Aujourd'hui encore le Poilu reste sans sépulture.

Toute la famille d'Henri Leboucher était réunie.
Toute la famille d'Henri Leboucher était réunie. © Radio France - Romain Chevalier

Sotteville-lès-Rouen, France

L'ambiance est solennelle. Les proches sont réunis autour de plusieurs photos d'époque d'Henri Leboucher, un combattant normand mort en août 1918, et ils ont surtout les yeux rivés sur le monument aux morts du cimetière de Sotteville-lès-Rouen. "La seule trace de lui, c'est cette marque sur le monument aux morts de Sotteville, qui était sa ville", raconte Patrick Pinney, le petit-neveu du soldat.  

Des photos d'époque d'Henri Leboucher, un combattant normand.  - Radio France
Des photos d'époque d'Henri Leboucher, un combattant normand. © Radio France - Romain Chevalier

Un homme généreux

Henri Leboucher, né à Rouen d'une fratrie de 7 enfants, était employé dans un commerce. Le jeune homme part ensuite faire son service miliaire, puis à l'âge de 20 ans, il est réquisitionné pour prendre part à la Première Guerre Mondiale. 

Et d'après les écrits qu'a retrouvé Patrick Pinney, le jeune soldat tenait beaucoup à ses proches : 

"On sent qu'il y a beaucoup de générosité, il parle très peu de lui finalement. Il se soucie beaucoup de ses sœurs, de savoir comment elles vont. Il les remercie parce qu'elles participent à améliorer son quotidien en lui envoyant de temps en temps de l'argent".

Des membres de la famille ont déposé une gerbe.  - Radio France
Des membres de la famille ont déposé une gerbe. © Radio France - Romain Chevalier

Une germe en hommage

Lors de cet hommage, les petits-enfants de la famille ont déposé une germe pour se souvenir du Poilu mort au combat. Et ils sont plutôt fier de leur ancêtre Henri Leboucher. "Voilà il a fait la guerre, puis bon il a quand même permis à son escouade de sortir indemne. On peut sortir ça aux copains, c'est quand même stylé !", témoigne Anthony âgé de 16 ans.

La germe sous le monument aux morts où est inscrit le nom d'Henri Leboucher. - Radio France
La germe sous le monument aux morts où est inscrit le nom d'Henri Leboucher. © Radio France - Romain Chevalier

Retrouver son corps

Patrick Pinney, le petit neveu du soldat, veut désormais aller plus loin. Il a prévu de se rendre dans la carrière de Bagneux, près de Soissons dans l’Aisne, là où son ancêtre a été tué, dans l'espoir de retrouver son corps.

en savoir plus Centenaire 14 - 18