Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

"Ils tombaient comme des mouches", un témoin raconte les malaises des jeunes du SNU à Evreux

Mardi soir, 25 jeunes engagés au Service national universel ou Cadets de la Défense, ont été pris de malaises liés à la chaleur lors de l'inauguration de la Place de Gaulle. "Je voyais ces jeunes tomber les uns après les autres, c'était choquant", raconte un témoin.

Les agents de la police municipale ont été les premiers à prendre en charge les jeunes
Les agents de la police municipale ont été les premiers à prendre en charge les jeunes

Évreux, France

Plus que l'inauguration de la place de Gaulle et du théâtre rénové, c'est peut-être le souvenir qu'il restera de cette journée du 18 juin 2019 à Evreux. En pleine cérémonie officielle, 25 jeunes (22 engagés dans le Service national universel et 3 cadets de la Défense) ont eu un gros coup de chaud, alors qu'ils se tenaient immobiles, en tenue, depuis de longues minutes en plein soleil sur les marches de l'hôtel de ville. Il faisait près de 30 degrés à cette heure-ci.

"J'assistais à la cérémonie, et au départ je vois 2 ou 3 jeunes qui font des malaises. A ce moment-là, je ne m'inquiète et je me dis que c'est dû à la chaleur et surtout au stress des jeunes. Sauf qu'ensuite, ce qui me met la puce à l'oreille c'est que je vois ensuite que les jeunes se portent secours entre eux. Ils étaient de plus en plus nombreux à faire des malaises. Ils tombaient les uns après les autres, comme des mouches", raconte Jérémy Dojwa, un jeune étudiant infirmier.

Les jeunes se portaient secours entre eux sur les marches de la mairie"

Accompagné d'un élu d'opposition qu'il connaît, Jérémy Dojwa, arrive à entrer dans l'hôtel de ville : "Quand je suis arrivé, je voyais les agents de sécurité de la mairie qui étaient complètement débordés. Il n'y avait qu'un seul pompier, donc on a géré le petit groupe qui commençait à arriver. Plusieurs faisaient des vrais malaises, d'autres étaient juste étourdis. Ensuite davantage de pompiers et le Samu sont arrivés".

Les jeunes devaient rester immobiles et en plein soleil sur les marches de la mairie - Radio France
Les jeunes devaient rester immobiles et en plein soleil sur les marches de la mairie © Radio France - Laurent Philippot

Les secours installent certains jeunes sur des brancards, les mettent au frais et leur font boire de l'eau. Un seul jeune a été hospitalisé "mais pour une pathologie qui n'est pas en lien avec le coup de chaud" assure la préfecture qui met ces malaises sur le compte "des températures particulièrement élevées et sur l'émotion liée au caractère solennel de la cérémonie, lors de laquelle les jeunes ont entonné la Marseillaise."

"Au début, les policiers municipaux étaient paniqués", raconte Jérémy Dojwa

Hier soir, les jeunes ont pu regagner les lycées dans lesquels ils sont hébergés dans le cadre du SNU. "Et ce matin, ils ont repris leurs activités", précise la préfecture.

"Les jeunes ont repris leurs activités normalement ce mercredi matin"

Jérémy Dojwa lui reste choqué par cet épisode. "Je ne comprends pas qu'on ait laissé ces jeunes en plein soleil pendant une heure, et je ne comprends pas que les discours officiels aient continué alors que ces jeunes commençaient à faire des malaises"

Sur l'antenne de France Bleu Normandie ce mercredi matin, le maire s'était dédouané "Je ne suis pas responsable de la prise en charge des jeunes engagés dans le service national universel.C'est un petit coup de chaud comme on en voit régulièrement", a relativisé Guy Lefrand, lui-même médecin urgentiste.