Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Ils veulent que les prisonniers politiques basques soient incarcérés à Mont-de-Marsan

jeudi 16 novembre 2017 à 18:09 Par Marion Dambielle-Arribagé, France Bleu Gascogne et France Bleu Pays Basque

Une cinquantaine de militants basques se sont rassemblés ce jeudi midi devant le centre pénitentiaire de Mont-de-Marsan, point de départ symbolique de leur Tour des Prisons de France.

Les militants demandent à ce que les prisonniers politiques basques soient incarcérés à Mont de Marsan.
Les militants demandent à ce que les prisonniers politiques basques soient incarcérés à Mont de Marsan. © Radio France - Marion Dambielle-Arribagé

Mont-de-Marsan, France

Cette caravane composée de militants associatifs, syndicalistes, élus, familles de prisonniers, va sillonner le pays pendant 3 semaines pour sensibiliser l'opinion publique et interpeller les politiques sur le sort des prisonniers politiques basques. Bagoaz, le collectif de défense des droits des prisonniers basques, a décidé de démarrer symboliquement ce Tour des Prisons de France à Mont-de-Marsan, car c'est là qu'il aimerait que les prisonniers politiques basques soient transférés, afin d'être plus proches de leurs familles.

63 prisonniers dispersés dans 20 prisons

Actuellement ils sont 63 incarcérés en France, dans une vingtaine de prisons différentes (incarcérés pour leur implication au sein de l'ETA, l'organisation indépendantiste armée). Une politique de dispersion et d'éloignement que dénoncent les militants, car les familles doivent faire des heures de routes pour rendre visite à leurs proches incarcérés. Ces mesures d'exception, appliquées lorsque l'ETA était encore active, n'ont plus lieu d'être maintenant que le mouvement a accepté de rendre les armes, explique Emilie Martin, porte-parole du collectif Bagoaz.

Urtzi Errazkin doit faire 7 heures de route pour rendre visite à son frère, incarcéré à Chateauroux.

Manifestation le 9 décembre à Paris

Après Mont-de-Marsan ce jeudi, les militants seront demain à Toulouse, puis ensuite direction Marseille, Lyon, Poitiers, Nantes, Rennes et Lille, villes où des prisonniers basques sont incarcérés. Ce Tour des Prisons de France s'achèvera par une grande manifestation le 9 décembre à Paris.