Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Ils vivent à quatre dans 35 mètres carrés et attendent un logement social depuis huit ans

vendredi 1 mars 2019 à 17:10 Par Marion Chantreau, France Bleu Azur et France Bleu

Une famille de Beausoleil (Alpes-Maritimes) se dit désespérée. Cela fait maintenant huit ans que sa demande d'un logement social a été déposée, sans aboutir. Les deux parents et leurs deux enfants vivent à quatre dans un studio de 35 mètres carrés.

Une famille de quatre personnes vit dans 35 mètres carrés à Beausoleil et attend depuis huit ans un logement social
Une famille de quatre personnes vit dans 35 mètres carrés à Beausoleil et attend depuis huit ans un logement social - Hicham, locataire de l'appartement

Beausoleil, France

Dans son dernier rapport du mois de février, la fondation Abbé Pierre alertait une fois de plus sur le mal-logement. La France compte quatre millions de mal logés. Dans les Alpes-Maritimes, le manque de logements sociaux est criant : 37.000 Azuréens sont en attente d'un logement social. Nous sommes allés à la rencontre d'une famille de quatre personnes. Ils sont quatre dans un studio de 35 mètres carrés : deux parents et leurs enfants en bas-âge. Et cela fait huit ans qu'ils ont déposé leur demande de logement social.

Reportage

Nous n'avons pas d'intimité, ça me fait mal au cœur pour mes enfants"

Hicham et sa femme vivent dans l'appartement depuis 2010. En novembre 2011, ils déposent une première demande de logement social , ils ne sont pas encore parents. Aujourd'hui, ils vivent dans 35 mètres carrés avec deux enfants de 3 et 6 ans et attendent toujours une proposition de relogement. Ils sont sur la liste des 400 dossiers en attente à Beausoleil. La demande de logement a été renouvelée en septembre dernier. Un de leurs enfants fait de l'asthme et des traces de moisissures sont observables sur le haut d'un mur, "cela n'arrange rien" selon Hicham, même s'ils peuvent aérer le logement grâce à une grande baie vitrée. 

L'appartement actuel se compose d'une pièce à vivre, qui sert d'unique chambre, d'une petite cuisine et d'une salle de bain. Hicham est intérimaire, sa femme n'a pas de travail à temps plein, il est compliqué pour eux d'accéder au parc privé, vus le prix des loyers et les garanties demandées.

La famille est aidée par une assistante sociale du centre communal d'action social de Beausoleil. Hicham a fait une demande de T2 ou de T3 à Beausoleil, Cap-d'Ail, La Turbie ou encore Carnolès. Il n'a pas de réponse pour le moment. Céline Tavarès dirige le CCAS, elle explique qu'il est "accompagné, mais les logements sont d'abord attribués aux personnes reconnues par la loi DALO". Or le dossier de cette famille a été retoqué par la préfecture et le tribunal administratif.  Le juge a envoyé un courrier mentionnant qu' "au regard de la loi, le logement si exigu et inconfortable soit-il est d'une surface suffisante, puisque la surface minimum nécessaire est de 34 mètres carrés pour quatre personnes."

Beausoleil a signé en 2012 un engagement avec l'État pour construire des logements sociaux et la commune est sortie de la liste des communes carencées dans les Alpes-Maritimes. Depuis, trois résidences sont sorties de terre à Beausoleil, avec des logements attribués aux personnes reconnues prioritaires par la la loi DALO (droit au logement opposable). 

Céline Tavarès nous éclaire sur les critères pour être déclaré en situation d'urgence : "Il faut attendre un logement social depuis au moins 36 mois, être en situation d'expulsion, d'insalubrité, ou de surpopulation dans son logement, cela dépend aussi du niveau de revenus". Vingt-huit dossiers DALO sont encore en attente, traités par le CCAS. À Beausoleil, où le foncier est rare et la densité déjà forte, le taux de logement social est de 8,5%. La demande de logement est forte avec la proximité de Monaco qui attire les travailleurs.