Société

Imam de Brest : 150 manifestants et une centaine de contre-manifestants

Par Tudi Crequer, Hervé Cressard et Annaïg Haute, France Bleu Breizh Izel samedi 10 octobre 2015 à 13:20

Manifestants anti-mosquée Sunna devant la mairie de Brest
Manifestants anti-mosquée Sunna devant la mairie de Brest © Radio France - Hervé Cressard

Manifestants et contre-manifestants se sont fait face ce samedi 10 sur la place de la liberté à Brest. Les uns demandant l'expulsion de l'Imam de la mosquée Sunna les autres venant s'opposer à cette manifestation qu'ils considèrent comme "fasciste".

Ambiance tendue ce samedi matin devant la mairie de Brest. Près de 150 manifestants de l'extrême droite nationaliste bretonne ont échangé insultes, slogans et lacrymo avec une centaine de militants d'extrême gauche anti-fascistes. 

"On est chez nous", "Breiz Atao", "Convertissez-vous sales islamistes"  entend-on, vers 11h, sur les marches occupées par l'extrême droite devant les portes fermées de la mairie. Derrière un barrage de CRS, un des militants d'extrême-gauche soupire : "Ça me fait bien rire d'entendre des membres d'Adsav (extrême-droite ultra-nationaliste bretonne) chanter la Marseillaise".

Vers 12h30 les deux rassemblements se sont séparés. 

"Ça me fait bien rire d'entendre des membres d'Adsav chanter la Marseillaise"  - Maël militant anti-fasciste

En Breton : Maël, un des contre-manifestants d'extrême de gauche

Un Imam  controversé 

A l'appel d'Adsav et du mouvement Résistance Républicaine, les manifestants s'étaient rassemblés pour demander, notamment, l'expulsion de Rachid Abou Houdeyfa, l'imam de la mosquée Sunna de Brest. Ce religieux essuie la controverse depuis quelques temps à cause d'une vidéo posté en mai 2014 où il enseigne à de très jeunes enfants sa vision de la musique à travers son interprétation du Coran. Selon lui, "la musique c'est le diable (...) ceux qui l'écoute seront transformés en singes et en porcs".

Ronan Le Gall, le porte-parole du mouvement Adsav, "le renouveau" en breton, appelle le préfet et l'Etat à fermer  toutes les mosquées salafistes. "Le salafisme est partout en Bretagne"  affirme-t-il au mégaphone.

Pour aller plus loin :