Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Lubrizol : deux mois après l’incendie, aucun élément de l'enquête ne valide une possible intrusion

Deux mois après la catastrophe de Lubrizol, on ne sait toujours pas d'où ni comment est parti l'incendie. L'enquête se poursuit mais rien ne vient valider la thèse d'une possible intrusion sur le site de l'entreprise rouennaise.

L'incendie s'est déclaré le 26 septembre un peu avant 3h du matin.
L'incendie s'est déclaré le 26 septembre un peu avant 3h du matin. © Radio France - Antoine Sabbagh

Rouen, France

Cela fait deux mois ce mardi 26 novembre 2019 qu'un incendie a en partie détruit les sites de Lubrizol et Normandie Logistique rive gauche à Rouen.  Deux mois plus tard, on ne sait toujours pas d'où ni comment est parti l'incendie.  L'enquête se poursuit menée notamment  par le SRPJ de Rouen et l'institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale. 

A priori pas d'intrusion 

La semaine dernière, devant la commission d'enquête du Sénat, Patrick Berg, le directeur régional de l'environnement de Normandie s'était interrogé sur une possible intrusion sur le site évoquant plusieurs cas dans d'autres sites Seveso. Cette piste ne semble pas retenue aujourd'hui par les enquêteurs. Ceux-ci reconnaissent qu'il y a des intrusions et des vols sur des sites industriels mais aucun fait marquant n'a été relevé qui pourrait laisser envisager un acte de malveillance. 

La silhouette repérée est celle d'un salarié qui a donné l'alerte

Sur les vidéos de surveillance, une silhouette avait bien été repérée mais le doute a été levé  : l'homme que l'on voit est en fait un salarié de l'usine voisine TRIADIS. Il a vu le feu de son bureau et alerté en premier les pompiers. Son second réflexe avait été d'éteindre l'arrivée générale de gaz au coin de la rue dans le champ de la caméra. La direction de Lubrizol confirme, de son côté, que le site est surveillé 24h/24 et que rien n'a été signalé la nuit de l'incendie. 

Quatre enquêteurs mobilisés à plein temps au SRPJ de Rouen

Les enquêteurs poursuivent leur travail. Pour le SRPJ de Rouen, ils sont quatre  à plein temps pour mener les auditions, vérifier tous les signalements qui remontent. Les 300h de vidéo surveillance sont traitées à paris par un logiciel de traitement de masse.  On attend le rapport des experts incendie de la gendarmerie. Les enquêteurs ont bon espoir de déterminer le lieu de départ du feu mais un peu moins sa cause. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu