Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société
Dossier : Incendie à l'usine Lubrizol à Rouen

Incendie à l'usine Lubrizol à Rouen : "Il ne faut pas paniquer", affirme le préfet sur France Bleu Normandie

Pierre-André Durand était notre invité ce vendredi matin : il confirme que l'incendie qui s'est déclaré chez Lubrizol est bien éteint. Mais des "odeurs déplaisantes" vont persister encore plusieurs jours. Le préfet affirme qu'il n'y a pas de "toxicité aiguë" et appelle à ne "pas panique"

Le préfet de Seine-Maritime était l'invité de France Bleu Normandie vendredi matin
Le préfet de Seine-Maritime était l'invité de France Bleu Normandie vendredi matin © Radio France - Thomas Schoneere

Rouen, France

"Je comprends l'inquiétude mais il ne faut pas paniquer, il n'y a pas lieu de s'équiper de masques", voilà le message que le préfet de Seine-Maritime a voulu faire passer au lendemain de l'incendie de l'usine Lubrizol à Rouen. Une usine classée Seveso seuil haut, et dont l'incendie a fait dégager un énorme panache de fumée noire. Une colonne de plus de 20 kilomètres de long sur 6 kilomètres de large.

Pierre-André Durand a confirmé que l'incendie était éteint depuis jeudi soir. "Mais il reste un travail d’assainissement du site car il peut y avoir des points de combustion", explique le préfet qui était l'invité de France Bleu Normandie.

"Il n'y a pas lieu de s'équiper de masques"

"Et c'est une suite inévitable de cet incendie de grande ampleur, on peut ressentir des odeurs déplaisantes qui peuvent durer plusieurs jours mais ce ne sont que des odeurs. En terme de toxicité, il n'y a pas de difficulté pour vivre ou se déplacer à Rouen", poursuit le préfet qui continue de passer un message rassurant. 

"Nous connaissons les produits qui ont brûlé et nous avons procédé à un certain nombre de mesures : 78 mesures sur 26 points. Elles font apparaître des fumées avec des substances carbonées classiques : des composants d’huile, d’hydrocarbures d’où cette fumée noire et cette suie grasse, mais je le rappelle sans toxicité aiguë", garantit le représentant de l'Etat.

"Des fumées avec des substances carbonées mais pas de toxicité aiguë"

Sur les suies qui sont retombées dans la métropole rouennaise, les résultats des analyses sont attendues vendredi en milieu de matinée.

Les établissements scolaires restent fermés ce vendredi dans plus de 12 communes : "C'est une mesure de précaution, les écoles rouvriront lundi, et cette journée de vendredi doit servir à nettoyer les cours de récréation", développe le préfet.

La CGT réclame davantage de transparence

Concernant les critiques sur l'usine Lubrizol, qui avait déjà connu un incident sérieux en 2013 avec une fuite de Mercaptan. "Il y a eu des manquements par le passé, mais c'est une usine qui fait l'objet d'une réglementation très stricte et qui est parfaitement aux normes depuis 2018", explique Pierre-André Durand. Une version dont doute fortement la CGT de Seine Maritime "Nous ne croyons pas à ce discours rassurant des autorités, nous demandons d'abord la transparence totale sur les analyses et la nature de tous les produits qui ont brûlé. Concernant Lubrizol, l'entreprise a été condamnée à seulement 4 000 euros après l'incident de 2013. Il aurait fallu une sanction beaucoup plus sévère", critique Gérald le Corre, de l'union départementale du syndicat.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu