Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société
Dossier : Incendie à l'usine Lubrizol à Rouen

Incendie de Lubrizol : un bilan hépatique "perturbé" pour au moins cinq pompiers intervenus sur le site

Au moins cinq pompiers présentent un "bilan hépatique perturbé" après être intervenus sur l'incendie du site de l'usine Lubrizol le 26 septembre dernier, selon des résultats d'analyse révélés ce mercredi.

Les pompiers de Seine Maritime ont été les premiers exposés lors de l'incendie de Lubrizol.
Les pompiers de Seine Maritime ont été les premiers exposés lors de l'incendie de Lubrizol. © Radio France - Anne Bertrand

Rouen, France

Des pompiers ont-ils été intoxiqués par les fumées émanant de l'incendie de l'usine Lubrizol ? Les 900 soldats du feu mobilisés le 26 septembre font tous l'objet d'un suivi médical. Et les résultats des premières analyses de sang commencent à tomber. Au mois cinq pompiers présentent un "bilan hépatique perturbé", au niveau du foie ou des reins. 

Des problèmes antérieurs à l'intervention ?

La grande question est maintenant de savoir si ces problèmes de santé sont antérieurs à l'intervention sur l'incendie. "C'est le résultat d'un première prise de sang, réalisée dans les 21 premiers jours après l'exposition, détaille Chris Chislart, le porte-parole du Service départemental d'incendie et de secours (SDIS) de Seine-Maritime. Une nouvelle prise de sang, trente jours après l'exposition permettra de savoir clairement ce qui est passé dans le sang, s'il y a une problématique. Cinq personnes, sur 900 prises de sang, c'est normal. Ce n'est pas inquiétant, il faudra voir après la deuxième prise de sang." 

Un résultat qui n'inquiète pas le SDIS outre mesure, mais qui interpelle, alors que certains pompiers se sont plaints de ne pas recevoir leurs résultats d'analyse

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu