Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Incendie de Notre-Dame

Incendie de Notre-Dame de Paris : en Moselle, on parle "désolation" mais aussi "solidarité"

mardi 16 avril 2019 à 9:33 Par Magali Fichter, France Bleu Lorraine Nord

L'incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris, lundi soir, a suscité et suscite encore une vive émotion dans le monde entier et dans toute la France, et notamment en Moselle, où élus, membres de l'Eglise, et amoureux du patrimoine continuent de réagir.

La cathédrale Notre-Dame de Paris en partie détruite par les flammes, ce mardi matin
La cathédrale Notre-Dame de Paris en partie détruite par les flammes, ce mardi matin © Maxppp - Gareth Fuller

Moselle, France

Le feu est désormais maîtrisé, après le dramatique incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris lundi soir. Mais "des doutes subsistent sur la résistance de la structure", selon le ministère de l'Intérieur. En Moselle, comme dans toute la France et le monde entier, les réactions se multiplient et l'émotion est vive.

C'est bien notre patrimoine commun qui s'envole en fumée" - Patrick Weiten, président du département de la Moselle

Patrick Weiten, président de la Moselle, a réagi dans un communiqué : "La France est touchée au cœur. Nous avons tous des souvenirs personnels liés à cette édifice, mais c’est bien notre patrimoine commun qui s’envole en fumée. Il sera certainement nécessaire de nous mobiliser toutes et tous pour retrouver l’âme de notre capitale", tout comme Dominique Gros, le maire de Metz : "À l’impuissance qui nous étreint face aux images du sinistre, il nous faudra opposer la solidarité de tous pour contribuer à rebâtir ce que les flammes ont détruit. Seules la volonté et la solidarité nationale et internationale sauront répondre au désastre qui s’abat sur un joyau du patrimoine de l’humanité", a notamment écrit le maire de Metz, rappelant qu'on est à quelques mois de célébrer les 800 ans de la cathédrale de Metz.

Il faudra beaucoup de temps, beaucoup d'argent, mais je crois qu'il y aura une grande solidarité." - Richard Lioger, député de la Moselle

La cathédrale de Metz qui avait subi, d'ailleurs, un incendie ravageur en 1877, avant d'être patiemment reconstruite et être telle qu'on la connaît aujourd'hui. "Dans l'imaginaire des Messins, c'est quelque chose qui est très ancré, a réagi le député Richard Lioger, ex-premier adjoint en charge de l'urbanisme. Par ses anciennes fonctions, il connait bien les chantiers de rénovation du patrimoine : "Nous avons des entreprises spécialistes, sous l'égide des Bâtiments de France, qui sont tout à fait capables de reconstruire comme il y a 800 ans. Il faudra beaucoup de temps, beaucoup d'argent, mais je crois qu'il y aura une grande solidarité."

Il faudra mobiliser toutes les voies de la générosité publique"

Un sentiment partagé par Jean-Jacques Aillagon, né à Metz et ancien ministre de la culture, à l'origine notamment d'une loi qui permet de réduire considérablement l'impôt sur les dons qu'on fait en faveur du patrimoine : "C'est un chantier considérable qu'il va falloir ouvrir, alors cet argent il devra venir de partout, il faudra mobiliser toutes les voies de la générosité publique."

Il ne faut pas croire que ce sera la même cathédrale. Cet incendie fera partie de son histoire" - Aurélie Filippetti, ancienne ministre de la culture

Une autre ancienne ministre a réagi sur France Bleu Lorraine, Aurélie Filippetti, originaire du Pays-Haut, ancienne élue de Moselle : "C'est plus qu'un drame national, c'est un drame pour l'humanité." A travers Notre-Dame, elle pense aussi à tous ceux qui, pendant 800 ans, "ont admiré, ont été émus, ont prié, ou pas prié d'ailleurs, mais pour lesquels cette cathédrale a incarné quelque chose". Elle demande aussi à ce que l'on prenne le temps "de vivre cette tragédie, notre peine, de nous dire que certaines choses sont irrémédiablement perdues" avant de penser à reconstruire "avec des artisans exceptionnels". "Il ne faut pas faire croire que ce sera la même cathédrale. Cet incendie fera partie de son histoire".

Françoise Grolet, élue RN de Metz et de Moselle, et catholique pratiquante, a également témoigné ce mardi matin : "Nous sommes tous attachés à nos cathédrales, mais la désolation cette nuit a été unanime, comme si nous la veillions, car c'est notre mère à tous."

L’évêque de Metz Jean-Christophe Lagleize, a lui organisé une conférence de presse ce mardi matin à l'évêché de Metz. Il travaillait lorsqu'il a entendu son téléphone sonner sans arrêt, et a fini par allumer sa télé "J'ai été saisi en voyant l'ampleur de ce bûcher, et comme tout le monde je me suis senti impuissant. C'est quelque chose d'essentiel comme catholique mais aussi comme Français, de voir un des symboles forts notre pays disparaître.", a-t-il témoigné. 

"C'est toute la France qui est affectée par cet incendie", a réagi l’évêque de Metz Jean-Christophe Lagleize.  - Radio France
"C'est toute la France qui est affectée par cet incendie", a réagi l’évêque de Metz Jean-Christophe Lagleize. © Radio France - Victorien Willaume