Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : 15 départements toujours en vigilance rouge, 54 désormais en orange

PHOTOS - Incendie du haras de Saint-Lô : la reconstruction pourrait débuter en 2021

Il y a un an, dans la nuit du 11 au 12 juillet 2019, le haras de Saint-Lô était en proie aux flammes. Deux écuries ont brûlé. La reconstruction des bâtiments pourrait coûter près de deux millions d'euros.

Yann Adam directeur du pôle hippique et André Denot président du syndicat mixte, devant les écuries du haras de Saint-Lô ravagées par l'incendie il y a un an
Yann Adam directeur du pôle hippique et André Denot président du syndicat mixte, devant les écuries du haras de Saint-Lô ravagées par l'incendie il y a un an © Radio France - Lucie THUILLET

L'incendie, qui s'est déclaré entre 23h et 00h15, a ravagé l'écurie n°3 ainsi que la toiture et une partie de l'écurie n°4. C'est près d'un quart des bâtiments historiques qui ont été touchés dans cet ancien haras national,  qui appartient depuis 2017 aux collectivités locales (la Région Normandie, le Département de la Manche, l'agglomération et la ville de Saint-Lô).

L'incendie n'a pas fait de victimes et les 24 chevaux et poneys présents dans ces bâtiments ont tous pu être sauvés.

L'écurie n°3 a été complètement détruite.
L'écurie n°3 a été complètement détruite. © Radio France - Lucie THUILLET
L'écurie n°3 n'a plus de toit ainsi qu'une partie de l'écurie n°4. Des bâches ont été posées pour protéger les murs des infiltrations d'eaux.
L'écurie n°3 n'a plus de toit ainsi qu'une partie de l'écurie n°4. Des bâches ont été posées pour protéger les murs des infiltrations d'eaux. © Radio France - Lucie THUILLET

Les deux bâtiments touchés abritaient le centre de reproduction ainsi que l'écurie et tous les outils de travail d'un cavalier professionnel. Toutes ses activités ont pu être déplacées dans d'autres bâtiments. 

"Ca nous a permis de nous poser les bonnes questions et je trouve que c'est mieux organisé aujourd'hui", reconnait Yann Adam le directeur du pôle hippique.

L'écurie n°4
L'écurie n°4 © Radio France - Lucie THUILLET
Les boxes des chevaux dans l'écurie 4
Les boxes des chevaux dans l'écurie 4 © Radio France - Lucie THUILLET

L'extérieur sera refait à l'identique

Fin juin 2020, l'assurance a rendu son rapport d'expertise. Le coût total des réparations et de toutes les conséquences liées à l'incendie est estimé à près de 2,5 millions d'euros, dont près de 2 millions pour la reconstruction des bâtiments.

Les toitures, les fenêtres, les portes et tout ce qui est de l'ordre du clos-couvert devraient être refaits assez rapidement. J'espère que les travaux pourront être lancés dès le deuxième semestre 2021, explique André Denot.

L'incendie serait parti de l'intérieur de l'écurie n°3, là où la paille était stockée.
L'incendie serait parti de l'intérieur de l'écurie n°3, là où la paille était stockée. © Radio France - Lucie THUILLET

Des devis vont être demandés aux entreprises de restauration du patrimoine dès la rentrée de septembre. "Nous espérons qu'il n'y aura pas d'incidence du Covid sur les tarifs proposés", lance Yann Adam, directeur du pôle hippique.

Quelles activités dans ces deux bâtiments ?

Quant à l'intérieur des bâtiments, tout dépendra "du projet, des activités qu'on y développera. Nous voulons pas refaire une coquille vide". Seule certitude : ce sera obligatoirement lié aux activités équestres, conformément à la décision prise par les collectivités propriétaires.

Ce sera aussi une question d'argent et de subventions puisque l'assurance ne prend en charge qu'environ 85% du budget estimé.

Des murs et des poutres ont dû être consolidés en attendant la reconstruction.
Des murs et des poutres ont dû être consolidés en attendant la reconstruction. © Radio France - Lucie THUILLET
Le centre de reproduction, qui était installé là, a totalement brûlé. Les façades sont restées debout mais se fissurent.
Le centre de reproduction, qui était installé là, a totalement brûlé. Les façades sont restées debout mais se fissurent. © Radio France - Lucie THUILLET

Quant à la cause du sinistre, elle n'est toujours pas connue. Le feu aurait pris dans la paille, à l'intérieur des bâtiments, près d'une fenêtre. Une "intervention humaine" serait en cause, avait indiqué la parquet de Coutances, quelques jours après l'incendie.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess