Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Incendie à l'usine Lubrizol à Rouen

Incendie Lubrizol à Rouen : ça fait quoi de vivre près d'un site Seveso ?

-
Par , France Bleu Bourgogne

A Vonges, petit village de 370 habitants à l'Est de Dijon, une usine d'explosif classée "Seveso Seuil Haut" trône au beau milieu de la commune. Suite à l'incendie d'une usine de même catégorie à Rouen en Haute-Normandie, les habitants sont-ils inquiets ?

L'usine Titanobel de Vonges dans le canton d'Auxonne en Côte-d'Or
L'usine Titanobel de Vonges dans le canton d'Auxonne en Côte-d'Or © Radio France - Thomas Nougaillon

Après l'incendie de l'usine Lubrizol de Rouen la question peut se poser... Comment vivre à proximité d'un site classé Seveso? Coopératives ou silos agricoles, dépôts pétroliers, usine pharmaceutique, site de stockage et de valorisation de déchets dangereux,  site utilisant des produits chimiques, en Côte-d'Or dix-sept usines sont classées Seveso : huit seuil bas, neuf seuil haut. 

La poudrerie de Vonges peut stocker jusqu'à 1000 tonnes d'explosifs

C'est le cas notamment de la poudrerie de Vonges. C'est l'une des plus importantes de France, elle produit des explosifs pour les carrières et les chantiers autoroutiers, sa capacité de stockage est de 1000 tonnes. Une usine installée en plein cœur du village. Le risque principal ? C'est pour les habitations et plus particulièrement pour les vitres des maisons explique Bruno Lorenzon, le maire de Vonges ! Il habite rue de Dijon, à 100 mètres de l'usine d'explosifs. 

Bruno Lorenzon, le maire de Vonges en Côte-d'Or, habite à 100 mètres de la poudrerie
Bruno Lorenzon, le maire de Vonges en Côte-d'Or, habite à 100 mètres de la poudrerie © Radio France - Thomas Nougaillon

Des fenêtres renforcées

"Il y a un plan de prévention des risques technologiques qui a été élaboré par les services de l'Etat qui prévoit des travaux lors des constructions. Des travaux de renforcement de vitrages et de portes. Des travaux qui seront cofinancés par l'Etat, les collectivités territoriales et la commune. Car c'est le risque principal. Il n'y a pas plus de soucis que cela avec les habitations telles qu'elles sont implantées dans notre village" selon le maire.  

Bruno Lorenzon, le maire de Vonges

"Nous sommes nés avec cette usine, elle ne nous gène pas"

Qu'en pensent les habitants de Vonges ? Pour le savoir on s'est présenté au zinc du café-restaurant "Au P'tit bouchon" à 30 mètres de l'usine. "On est habitués à voir cette usine donc nous cela ne nous gène pas" commente une dame. A côté, au comptoir, un monsieur donne le fond de sa pensée : "on est nés avec c'est pour ça qu'elle ne nous gène pas, en fait ça ne risque pas plus qu'un volcan en veille" !

Guy Gauthier a bien cru perdre son père dans un accident au début des années 50
Guy Gauthier a bien cru perdre son père dans un accident au début des années 50 © Radio France - Thomas Nougaillon

"Je me fous de ce qui s'est passé à Rouen"

Un autre monsieur fini son verre, il explique que "son grand-père a été tué dans une explosion en 1936". Mais c'était une autre époque poursuit-il : "à l'époque on n'utilisait pas les mêmes explosifs que maintenant, aujourd'hui ce sont des explosifs inertes, ça ne risque plus rien". Pourtant, ce qui s'est passé à Rouen prouve que le risque zéro n'existe pas. "Je m'en fous de ce qui s'est passé à Rouen. J'habite pas à Rouen moi" lance un autre. 

A la rencontre des clients d'un café-restaurant de Vonges

Le café-restaurant "Au p'tit bouchon" est situé à deux pas de la poudrerie
Le café-restaurant "Au p'tit bouchon" est situé à deux pas de la poudrerie © Radio France - Thomas Nougaillon

Les usines Seveso Seuil Haut suivies de près 

Selon Frédéric Sampson, directeur de cabinet du Préfet de Côte-d'Or, les sites "Seveso Seuil Haut" sont l'objet d'un suivi tout particulier des services de l'Etat. "Il y a l'obligation de préparer un Plan d'Opération Interne (POI) qui concerne l'exploitant du site. Cela vise l'ensemble des opérations qui doivent être prises en cas d'accident par l'opérateur lui-même. Il y a également un un Plan Particulier d'Intervention (PPI) que doit établir l'Etat."

Frédéric Sampson

Des exercices Seveso tous les ans

"Ce dernier porte sur l'organisation des moyens afin de maîtriser un accident dès lors que celui-ci déborde du site lui-même. A côté de cette planification, il y a tous les exercices que nous organisons régulièrement afin d'être prêt à réagir. La préfecture de Côte-d'Or organise un exercice Seveso tous les ans". Selon Frédéric Sampson, il y a en Côte-d'Or quatre sites Seveso soumis à un Plan de Particulier d'intervention, chacune des usines est donc testée tous les quatre ans.

La poudrerie de Vonges appartient à la société Titanobel depuis 2008
La poudrerie de Vonges appartient à la société Titanobel depuis 2008 © Radio France - Thomas Nougaillon

Quelques accidents mortels 

La poudrerie de Vonges est une ancienne poudrerie royale créée en 1691. Nationalisée en 1905 elle est exploitée entre 1930 et 1971 par l'état français puis entre 1971 jusqu'en 2007 par le groupe SNPE. Et depuis 2008 par la société Titanobel. Quelques accidents jalonnent l'histoire de cette poudrerie, le plus grave peut-être, date de juillet 1920, à l'époque une explosion a coûté la vie à 10 ouvriers. 

Notre reporter a croisé la route de Guy Gauthier, il se souvient d'une terrible explosion lorsqu'il avait 6 ans.

Aujourd'hui le maire de la commune se veut rassurant. Il a expliqué pourquoi à notre journaliste.

Ce mardi 1er octobre 2019, écoutez notre reportage grand format à la rencontre des habitants de Vonges. C'est notre "+ Info" de 6h18 et de 8h17. A retrouver sur France Bleu Bourgogne (98.3 ou 103.7) ou bien en cliquant sur les liens ci-dessus.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess