Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Incendie mortel à Marseille : des associations pointent la responsabilité du bailleur et des pouvoirs publics

Par

Suite à l'incendie mortel de la cité des Flamants, dans les quartiers Nord de Marseille, samedi 18 juillet, une quarantaine d'associations et de collectifs signent une tribune, ce mardi. Ils dénoncent la mauvaise gestion du bailleur social, 13 Habitat, et des pouvoirs publics.

Dans cet immeuble, dix locataires sont en attente de relogement depuis trois ans. Une situation que dénoncent des associations marseillaises dans une tribune, ce mardi. Dans cet immeuble, dix locataires sont en attente de relogement depuis trois ans. Une situation que dénoncent des associations marseillaises dans une tribune, ce mardi.
Dans cet immeuble, dix locataires sont en attente de relogement depuis trois ans. Une situation que dénoncent des associations marseillaises dans une tribune, ce mardi. © Radio France - Clémentine Sabrié

Une quarantaine d'associations et de collectifs marseillais signent une tribune sur le site de l'Humanité , ce mardi, après l'incendie d'un bâtiment des Flamants , dans les quartiers Nord de Marseille. Trois jeunes hommes nigérians sont morts en voulant échapper aux flammes, samedi 18 juillet. D'après les premiers éléments de l'enquête, cet incendie serait d'origine criminelle . Parmi les signataires de la tribune, on retrouve le Collectif 5 novembre monté après l'effondrement d'un immeuble rue d'Aubagne le 5 novembre 2018, l'association Un centre-ville pour tous ou encore le Syndicat des Quartiers populaires de Marseille (SQPM).

Publicité
Logo France Bleu

Une tribune en soutien aux locataires

Les associations se font l'écho des derniers locataires de l'immeuble. "On avait prévenu que c'était la future rue d'Aubagne", avait déclaré l'un d'eux au micro de France Bleu Provence. Annick Chaillé, membre de la Ligue des Droits de l'Homme et du Collectif 5 novembre, apporte une nuance : "Là il y a un logeur qui est au courant de ce qu'il se passe dans la cité des Flamants puisque ces bâtiments sont appelés à être démolis." La tribune pointe la responsabilité du bailleur social, 13 Habitat, et des pouvoirs publics.

Il y a des gens qui vivent dans leurs cartons depuis trois ans

Depuis trois ans, les locataires sont relogés peu à peu, mais il reste encore 10 familles dans ces immeubles. Ces dernières ont exprimé à plusieurs reprises leurs craintes quant à leurs conditions de vie . Environ 90% des logements, vides depuis le départs des autres locataires, étaient squattés par des migrants nigérians. "Il y a des gens qui vivent dans leurs cartons depuis trois ans", souligne Annick Chaillé. "Ils ont refusé des appartements qu'on leur a proposé parce que c'était un peu n'importe quoi, ce qui permet au logeur de dire qu'ils refusent les propositions, mais partir pour pire ce n'est pas possible", précise la militante.

Entre une et huit propositions de relogement

Sur France Bleu Provence, lundi, le président de 13 Habitat, Lionel Royer-Perreaut avait soutenu que les dix derniers locataires avaient tous reçu des propositions de relogement. "Entre une et huit propositions par locataire", insiste le bailleur. Lionel Royer-Perreaut avait assuré que toutes étaient sur du patrimoine neuf ou semi-récent.

La tribune contredit les propos de Lionel Royer-Perreaut : "13 Habitat refuse de leur accorder l’accès à certaines de ses résidences neuves situées dans les segments les plus valorisés de son parc." Les signataires demandent donc au bailleur social de prendre ses responsabilités. "La préfecture doit s'occuper des demandeurs d'asile", complète Annick Chaillé. Une petite centaine d'entre eux, en majorité des femmes et des enfants, ont été accueillis temporairement dans deux gymnases marseillais.

Une cagnotte en ligne a également été lancée pour venir en aide aux sinistrés de la cité des Flamants.

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu