Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Incendie mortel de Bobigny : les locataires rassemblés pour plus de sécurité

lundi 31 décembre 2018 à 18:19 Par Rémi Brancato, France Bleu Paris et France Bleu

Quatre jours après l'incendie mortel de Bobigny, une centaine d'habitants de la cité Paul Eluard se sont rassemblés ce lundi pour dénoncer leurs conditions de vie. Le directeur général de l'office HLM Seine-Saint-Denis Habitat est venu à leur rencontre.

Le directeur général de Seine-Saint-Denis Habitat, Patrice Roques, est venu rencontrer les habitants ce lundi
Le directeur général de Seine-Saint-Denis Habitat, Patrice Roques, est venu rencontrer les habitants ce lundi © Radio France - Rémi Brancato

Bobigny, France

Quatre jours après l'incendie mortel de Bobigny, une centaine d'habitants de la cité Paul Eluard se sont rassemblés ce lundi pour dénoncer leurs conditions de vie, au pied de la tour, où quatre personnes, une mère, ses deux filles de 3 et 8 ans et une femme de 25 ans ont perdu la vie. Le directeur général de l'office HLM Seine-Saint-Denis Habitat, Patrice Roques, est venu écouter les revendications. Beaucoup réclament des travaux et dénoncent des problèmes de sécurité.

La prévention incendie en question

"La maman est morte devant moi, Monsieur !" s'exclame Ferjania Mzoughi, une habitante de la tour voisine, encore sous le choc. "L'ascenseur, pourquoi n'a-t-il pas été bloqué ?" demande-t-elle, soulignant le fait que des victimes ont pris l'ascenseur durant l'incendie, selon les premiers éléments de l'enquête, se retrouvant coincé au premier étage, où le feu a pris. 

ECOUTER - Les habitants ont échangé avec le directeur de l'office HLM, dans un climat tendu

Un incendie avait déjà eu lieu en 2017, rappellent des habitants, sans faire de victimes. "Il aurait pu y avoir de la prévention entre les deux incendies : les victimes n'auraient peut être pas pris l'ascenseur et ne seraient pas décédées" estime Anais Ba, qui habite au rez-de-chaussée de cette tour.

ECOUTER - "Il y a eu plusieurs problèmes" dans cet immeuble, dénonce Anais Ba, une habitante

Une pétition pour dénoncer le mauvais entretien de l'immeuble

"L'office n'est pas en faute" répond Patrice Roques, qui rappelle que les consignes de sécurité ont été transmises à plusieurs reprises aux habitants. "Il n'y a pas d'obligation de faire des exercices d'évacuation" précise-t-il.

ECOUTER - "Nos installations sont aux normes incendie, elles sont conformes", Patrice Roques, directeur général de Seine-Saint-Denis Habitat

Mais les habitants dénoncent aussi des problèmes de gestion de l'immeuble par l'office : des insectes, cafards et autres nuisibles, des portes ou des installations électriques défaillantes. Une pétition circule dans la foule rassemblée, pour dénoncer ces dysfonctionnements. "La dame qui est morte avait lancé une pétition, on prend le relais" explique Imène Mzoughi, 20 ans, à l'origine du rassemblement de ce lundi.

Un nouveau rassemblement mercredi et une réunion publique le 10 janvier

"On attend les conclusions de l'enquête et on donnera aux locataires les résultats de l'enquête" avance pour sa part Patrice Roques, qui annonce une réunion publique en mairie avec les habitants le 10 janvier prochain à 18 heures, et qui promet de recueillir toutes les revendications des habitants. 

Des locataires prévoient eux un nouveau rassemblement ce mercredi matin, cette fois devant le siège de l'office HLM, à Bobigny. Certains appellent même à bloquer le paiement des loyers  pour faire pression sur leur bailleur.