Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

"Inch'Allah" : un livre qui crée la polémique en Seine-Saint-Denis

vendredi 2 novembre 2018 à 10:21 Par Rémi Brancato, France Bleu Paris et France Bleu

C'est l'un des livres les plus médiatisés des dernières semaines : "Inch'Allah", enquête de cinq étudiants en journalisme, dirigée par Fabrice Lhomme et Gérard Davet, journalistes au Monde. Il entend dénoncer "l'islamisation" à l'oeuvre en Seine-Saint-Denis et suscite des critiques.

Les deux journalistes Gérard Davet et Fabrice Lhomme ont dirigé ce livre, rédigé par des étudiants en journalisme
Les deux journalistes Gérard Davet et Fabrice Lhomme ont dirigé ce livre, rédigé par des étudiants en journalisme © Radio France - Rémi Brancato

Seine-Saint-Denis, France

C'est l'un des livres événements des dernières semaines : "Inch'Allah", sous-titré "L'islamisation à visage découvert - une enquête spotlight en Seine-Saint-Denis" (éditions Fayard), dirigé par les deux journalistes d'investigation du journal Le Monde, Gérard Davet et Fabrice Lhomme, et rédigé par cinq étudiants en journalisme du CFJ. Télévisions, radios, interviews dans la presse : depuis sa publication le 17 octobre, ses auteurs sont partout. Le projet a même fait l'objet d'un documentaire, diffusé le jour de la sortie sur LCP. Mais en Seine-Saint-Denis, département dans lequel ils entendent documenter ce développement considéré comme problématique de l'Islam, l'ouvrage fait débat. 

ECOUTER - Le dossier de France Bleu Paris : un livre qui divise en Seine-Saint-Denis

Du "sensationnalisme" et un "buzz malveillant"?

A peine paru, plusieurs polémiques ont surgi. Au sujet de la préface, qui évoque le "pot annuel de la PJ 93", des "grillades" présentées comme un "rituel" pour le service de police judiciaire de Seine-Saint-Denis. Les auteurs assurent que des policiers musulmans ont réclamé de la viande hallal et refusé que des femmes la manipulent, sans toutefois donner de date à l'incident. "Il n'y a jamais eu de problèmes de questions religieuses au sein de ce service" dément Abdoulaye Kanté, ancien de la PJ 93 et surtout ancien responsable de l'amicale qui organise ce pot. Dans un courrier signé par plusieurs membres du service, les problèmes religieux sont fermement démentis. Un autre membre de l'effectif nous assure que la religion n'a jamais posé problème. De leur côté, les auteurs assurent que plusieurs sources confirment.

Des témoins mécontents après publication

Mais les critiques ont aussi émané de certains témoins du livre, qui se sont senti floués. Véronique Decker, directrice d'école bien connue de Bobigny,  a publié une tribune pour dénoncer du "sensationnalisme" et un "buzz malveillant". Elle reproche aux auteurs de n'avoir conservé que les anecdotes relatant des problèmes liés à des revendications religieuses d'élèves ou de parents musulmans : "Cela m’a donné à penser d’emblée, avant même d’avoir lu l’ouvrage, à un projet islamophobe auquel je n’aurais jamais accepté de participer si j’en avais été informée", écrit l'enseignante. 

"On a fait parler des gens en saluant leur courage : ceux qui en ont vraiment sont ceux qui assument leur propos" Fabrice Lhomme

Sur les réseaux sociaux, en interview, les jeunes auteurs se sont défendus : toutes les citations sont vraies et les entretiens ont été enregistrées, assurent-ils. Ils assument de n'avoir conservé que celles qui évoquent des problèmes. "On a fait parler des gens en leur expliquant tout ce qu'on faisait et en saluant dans le livre leur courage : ceux qui en ont vraiment sont ceux qui assument leur propos" dénonce aujourd'hui Fabrice Lhomme.

Il y a quelques jours, une autre témoin, Martine Roman, présentée dans le chapitre qui lui est consacré comme "la secrétaire" de l'université Paris 8, dénonçant les comportements religieux dans la faculté, a assuré dans une tribune parue sur le Bondy Blog, qu'elle n'avait pas accepté de répondre aux questions dénonçant un "abus de confiance". Là encore, l'un des auteurs, Romain Gaspar, assure que "son témoignage a été recueilli à plusieurs reprises et utilisé avec précaution". 

"Stigmatisation"? Une "enquête de journalistes" répondent les auteurs

Au delà de ces batailles sur les faits, certains critiquent aussi le propos de l'ouvrage. Nassira El Moaddem, directrice du Bondy Blog, et Faïza Zerouala, journaliste à Mediapart, dénoncent, dans un article critique, un livre "déformant le 93". Julien Salingue, chercheur en sciences politiques, estime, lui, qu'il s'agit d'une "une énième pierre ajoutée à l’édifice de la construction médiatique du « problème de l’islam » et, partant, de la stigmatisation des musulman·e·s".

"Ce livre n'aide personne" - Didier Leschi, ancien préfet à l'égalité des chances de Seine-Saint-Denis

Interrogé par France Bleu Paris, Didier Leschi, ancien préfet à l'égalité des chances de Seine-Saint-Denis, aujourd'hui président du conseil de direction de l’Institut européen en sciences des religions estime que le livre est une "succession d'anecdotes". "Ce livre n'aide personne il ne s'adresse par aux habitants de la Seine-Saint-Denis ,il a du mal à respecter la croyance et ce qu'ils sont collectivement" poursuit l'ancien préfet, qui dénonce un ouvrage ne donnant aucune solution, ni aucune analyse : "la dimension, peut-être, commerciale l'emporte sur un sujet qui mérite d'être traité". Les auteurs assument : "une enquête de journalistes n'est pas une enquête de sociologues" défendent-ils, notamment sur le plateau d'Arrêt sur images

"On raconte ce qui va mal" 

L'enquête a fait aussi réagir un responsable politique. Stéphane Troussel, le président socialiste du conseil départemental qui dénonce une "stigmatisation" supplémentaire de la Seine-Saint-Denis. De la "politique politicienne" répond Fabrice Lhomme. "C'est un département particulièrement pauvre et dans sa population, quelque chose est en train de monter, c'est cette islamisation" estime le journaliste "j'aurais préféré que Stéphane Troussel réponde parce que c'est ça le sujet, ce n'est pas pour nous dire comme il l'a dit dans son sujet qu'on fait des choses formidables en Seine-Saint-Denis, cela n'a aucun sens!". "C'est comme si on faisait un livre sur les prêtres pédophiles et que l'église nous disait qu'on ne raconte pas les œuvres de charité qu'elle a : ce n'est pas notre sujet, nous on raconte ce qui va mal!" conclut-il. 

Un parti pris qui semble payer. Selon Fayard, le livre a été imprimé au total à 50 000 exemplaires, réédité cinq fois et il figure parmi les 20 ouvrages les plus vendus en France depuis sa publication.