Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Incendie à l'usine Lubrizol à Rouen

Incendie à Lubrizol à Rouen : "Il faut se battre" pour être indemnisé déplorent ces agriculteurs

Cinq mois après l’incendie chez Lubrizol et Normandie Logistique à Rouen, le processus d’indemnisation des agriculteurs victimes est encore en cours en ce mois de mars 2020. Pour certains, l’attente est longue et donne le sentiment de devoir mener une bataille pour obtenir satisfaction.

Le feu a pris vers 2 h 40 le 26 septembre 2019.
Le feu a pris vers 2 h 40 le 26 septembre 2019. © Radio France - Alexandre Bioret

Plus de cinq mois après la catastrophe dans les locaux des entreprises Normandie Logistique et Lubrizol à Rouen, le 26 septembre 2019, le processus d’indemnisation des agriculteurs victimes de l’incendie est toujours en cours. Les négociations ont commencé en novembre, après la nomination de la société Exetech par Lubrizol pour étudier les dossiers. Plus de 1 000 ont été déposés. 

Certains agriculteurs ont déjà obtenu une indemnisation. Elle est proposée en fonction de barèmes définis avec la Chambre d’agriculture et le Fonds de mutualisation sanitaire et environnemental.

1.000 dossiers à étudier

Pour l'instant, les négociations se passent plutôt bien d’après Laurence Sellos, présidente de la Chambre d’agriculture de Seine-Maritime : "le processus est en cours et va demander encore du temps parce que les dossiers ont fini d'être remplis fin janvier et qu’il y en a 1000 à instruire donc, même avec plusieurs experts, ça demande un certain temps".

Mais cette attente semble être une éternité pour certains agriculteurs. Pire, ils ont l’impression d’être impuissants face à ce géant de l’industrie.

Il est temps que ça se termine.

Pascal et Christine sont agriculteurs à Haussez, près de Forges-les-Eaux. Ils ont dû confiner leurs chèvres et n'ont pas pu vendre leurs produits pendant 19 jours après l’incendie. Au total, ils chiffrent leurs pertes à 6 700 euros.

Ils ont fait une première demande d’indemnisation et ont reçu une proposition de 5 000 euros. Insuffisant pour eux. Ils ont donc de nouveau négocié mais la fatigue s’installe. "J’en ai marre parce que ça dure depuis novembre, souffle Pascal. Il faut se battre tout le temps mais on n'a pas que ça à faire. Il y a l'élevage à gérer et la fatigue, physique et morale. Il est temps que ça se termine."

David contre Goliath

Le député Sébastien Jumel a écrit au préfet pour demander son soutien aux agriculteurs. Ils ont fini par obtenir 6 100 euros d'indemnisations. Il en manque donc toujours 600 d’après eux, notamment le remboursement de l’achat du foin pour nourrir les bêtes pendant le confinement. "Ce sont des multinationales mais ils tirent sur des choses vraiment dérisoires, 80-160 euros... qu'est-ce que c'est pour eux ?" Certains agriculteurs ont même "laissé tomber, d’après Christine. Ils se sont dits que c'était fichu d'avance, qu’ils sont trop forts pour nous." 

Aujourd’hui, Pascal et Christine hésitent entre signer la proposition et continuer à batailler pour obtenir la somme souhaitée.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu